Gabon: Tarification revue à la normale rejetée par les clandoman

La mairesse d'Owendo et le chef du quartier Pk7 ont imposé des nouvelles tarifications aux clandoman qui desservent dans leur zone. Malheureusement pour la population des dites zones, rien a changé, ces recommandations ne sont pas appliquées.

La mairesse d'Owendo a signé une note de nouvelle tarification pour les véhicules à usage de clandos. Le prix du transport en clando pour les quartiers tels que Alenakiri, Akournam, Rougier étaient revus à la baisse. De quoi soulager la population qui doit gérer la rentrée des classes et l'impact négatif de la crise sanitaire actuelle. Et pourtant, tout est resté sur papier. Rien n'a changé, les populations paient les mêmes tarifs. Les clandoman d'Owendo ne respectent nullement les recommandations municipales bien qu'ils encourent des sanctions. D'aucuns ont même choisi de garer leurs véhicules, car ils n'adhèrent pas à cette décision. Résultats, absence de clandos aux heures de pointe.

De même au quartier Pk7 dans le 6e arrondissement de Libreville. Le nouveau chef du quartier avait fait savoir à la population via une note d'information, que le prix du clando, du carrefour jusqu'aux antennes terminus Nkologoum devait passer de 200 f à 100 f. Mais là-bas, même son de cloche, rien n'est appliqué.

Les chauffeurs de clandos quant à eux justifient leur refus de s'aligner à ces tarifs de l'avant covid par le fait que les autorités veulent revoir le prix du transport et pourtant, le nombre de passagers est toujours limité dans les véhicules. Il serait difficile selon eux d'appliquer ces recommandations, car cela risque encore de toucher leur business.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X