Congo-Kinshasa: CENI - Attaques à visages découverts

7 Octobre 2021

Après deux mois de fausses promesses de recherche de consensus autour du futur président de la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante), les délégués des confessions religieuses ont fini par ôter leurs masques. A l'image du commun de mortels, ils se lancent des flèches empoisonnées à visages découverts. La guerre, pourrait-on dire, est totale.

On vient de franchir l'étape de simples déclarations entre l'abbé Nshole, porte-parole du tandem Cenco/ECC, entre le pasteur Dodo Kamba, porte-parole du groupe dit des « 6 confessions religieuses, pour des coups en-dessous de la ceinture. Aux accusations de corruption formulées publiquement contre le groupe des « six », par le premier cité, sans avoir le courage d'identifier clairement le « corrupteur », Denis Kadima en personne, le candidat choisi par les « six » pour succéder à Corneille Nangaa à la présidence de la Ceni, vient de répondre. La tonalité des propos des uns et des autres est si forte qu'on se croirait dans un ring des chiffonniers.

Pourquoi les chantres de l'amour du prochain, de la fraternité, de la charité, de la non-violence, du pardon... ont-ils subitement quitté le terrain de l'élégance pour verser dans les discours de la haine, de la calomnie, du mensonge ? Qu'est-ce qui fait courir tant les pasteurs catholiques et protestants, au point de perdre leur réserve, leur sang-froid et leur élégance dans le langage ?

Si ce déferlement de haine et de mépris est dicté par la course aux profits matériels et priviléges divers liés à l'exercice des fonctions politiques, foncièrement limitées dans le temps et l'espace, c'est fort dommage pour des serviteurs de Dieu ayant pour vocation première la gestion des « brebis » en vue de leur montrer la voie du paradis, où le corps physique et les biens matériels ne comptent plus.

Il est curieux que ceux qui prêchent à longueur de journée la bible de la pauvreté et s'investissent, subitement, dans la guerre de positionnement dans les fonctions politiques créatrices de nouveaux riches dans l'ex-Zaïre de Mobutu hier et le Congo de l'Union Sacrée de la Nation, FCC (Front Commun pour le Congo) et... Lamuka aujourd'hui. Les réalités de l'heure ont en effet montré que personne, dans les trois camps politiques, ne dit non aux émoluments plantureux que génèrent leurs multiples mandats (Sénateur, député national, ministre, député provincial, gouverneur de province, ministre provincial), ni aux véhicules de luxe achetés sur fonds publics, pendant que fonctionnaires, enseignants, infirmiers et autres catégories modestes ,tirent le diable par la queue.

L'aigreur de certains discours laisse transparaitre des regrets découlant de la perte de contrôle de la « juteuse » Ceni, qui fait des millionnaires dans les rangs de plusieurs de ses anciens animateurs, curieusement porteurs de la soutane de catholique ou de protestant. Moralité : les serviteurs de Dieu et leurs fidèles sont tous égaux devant l'argent et les honneurs. Autre leçon : tout le monde est prêt à mourir pour le matériel.Kimp

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X