Afrique du Sud: Les syndicats appellent à une grève générale et interpellent l'État

En Afrique du Sud, la Cosatu, la centrale syndicale du pays, appelle à la grève générale ce jeudi 07 octobre qui coïncide avec la journée mondiale pour un travail décent. Cette fédération de différents syndicats appelle tous les travailleurs, du public et du privé, à de pas se rendre sur leur lieu de travail, et différentes marches seront organisées à travers le pays. Un mouvement qui pourrait être davantage suivi que lors de la dernière grève, l'année dernière, organisée en pleine pandémie

Avec cette grève d'une journée, la centrale syndicale souhaite faire passer le message au gouvernement qu'il est temps de « réparer la catastrophe économique dans laquelle se trouve le pays ». Avec plus d'une personne sur trois au chômage, et des inégalités toujours plus grandissantes, la centrale syndicale entend aussi se battre pour la levée du gel des salaires dans le secteur public, et la fin des coupes budgétaires. Il s'agit enfin de dénoncer la corruption qui s'est développée lors de la pandémie, alors que « d'énormes sacrifices ont été exigés des travailleurs. »

La fédération, qui représente un peu moins de deux millions d'adhérents dans le pays, fait pourtant partie de l'alliance au pouvoir, aux côtés de l'ANC et du parti communiste. Mais les frictions avec le gouvernement sont récurrentes, et la grève générale est un moyen d'envoyer un signal fort à l'ANC, à un mois des élections locales.

Par ailleurs, le syndicat de la métallurgie continue de son côté sa grève illimitée. Des mouvements qui inquiètent les secteurs de l'automobile et de la construction qui pourraient en subir les conséquences.

Déjà en récession avant la pandémie, l'Afrique du sud a été touchée de plein fouet par la crise sanitaire. Le PIB s'est effondré de 7% en 2020 provoquant une forte hausse du chômage. Un actif sur trois est actuellement sans emploi, les jeunes sont particulièrement touchés. La pandémie a creusé un peu plus les inégalités dans un pays considérée comme l'un des plus inégaux au monde. Près de la moitié de la population sud-africaine vit dans la pauvreté. La levée progressive des restrictions sanitaires devrait permettre à l'Afrique du sud de retrouver une croissance modeste cette année, un peu plus de 3% selon le fond monétaire internationale. Pas assez pour créer des emplois et redresser une économie déprimée, confrontée à une dette publique croissante, à la corruption, à l'insuffisance des investissements étrangers et à des entreprises publiques inefficaces. D'autant que la situation sanitaire reste préoccupante ; un peu plus de 12% de sa population est vaccinés, alors que dans l'union européenne ce taux dépasse les 60%.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X