Libye: Le calendrier électoral modifié

Fathi Bashagha

Alors que la présidentielle est maintenue le 24 décembre prochain, les législatives ont été décalées de 30 jours.

Initialement prévu le 24 décembre prochain, conformément à une feuille de route établie sous l'égide de l'Organisation des Nations unies (ONU) pour aider le pays à sortir d'une crise politique majeure, le double scrutin présidentiel et législatif en Libye a connu une modification. Au cours de sa session de mardi, la Chambre des représentants basée à Tobrouk, qui fait office de Parlement, a approuvé un espacement des législatives de la présidentielle de 30 jours.

L'annonce a été faite au cours d'une conférence de presse donnée par son porte-parole, Abdallah Bliheq. Raison évoquée, l'instabilité qui prévaut dans le pays et le souci d'élire le prochain président de la République au suffrage universel direct. « Ces dernières années, le pays n'est pas parvenu à se stabiliser à travers le système parlementaire (...), pour la Chambre des représentants, il était nécessaire d'organiser les élections présidentielles dans les plus brefs délais. L'élection des membres de la Chambre des représentants aura lieu trente jours après celle du président », a-t-il indiqué.

Cette annonce intervient alors que le Parlement a adopté la veille une loi régissant les élections législatives, un peu plus de trois semaines après la ratification d'un autre texte encadrant le scrutin présidentiel. Malgré les lueurs d'espoir nées de la mise en place le 16 mars dernier du gouvernement d'union nationale et du nouveau Conseil présidentiel, le pays reste confronté aux divergences.

Entre la Chambre des représentants d'une part, et le Haut Conseil d'Etat, le gouvernement d'union et le Conseil présidentiel d'autre part, ce n'est pas le parfait amour. Depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, la Libye est plongée dans un chaos indescriptible. De 2015 à 2020, ce pays du Maghreb a été l'objet d'une lutte du pouvoir entre l'ancien gouvernement d'union nationale à Tripoli, reconnu par l'ONU, et un pouvoir incarné par le maréchal Haftar dans l'est du pays.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X