Tanzanie: Les jeunes filles enceintes toujours privées de scolarité par l'État

En Tanzanie, des milliers de jeunes filles qui tombent enceintes sont toujours privées de scolarité. Depuis 2017, un décret signé par l'ex-président Magufuli, demande aux chefs d'établissements tanzaniens d'expulser les filles enceintes et les filles mères. Dans un rapport publié jeudi 7 octobre, Human Rights Watch dénonce un déni du droit à l'éducation pour ces filles.

Pour appliquer ce décret de 2017, de nombreux chefs d'établissements, ont instauré pour les jeunes filles des tests de maternité obligatoires 3 à 4 fois par an, selon Human Rights Watch. Elin Martinez est chercheuse sur les droits des enfants au sein de l'ONG. Elle dénonce des pratiques « punitives » et « stigmatisantes ». « Ils n'imposent pas seulement de tests urinaires. Parfois, ils se permettent de palper le ventre des jeunes filles. C'est invasif et très humiliant. On a aussi remarqué, que certains établissements organisent des tests précisément avant les examens de fin de premier cycle ou même pendant, pour faire des exemples, et dire aux autres : regardez, si vous avez des relations sexuelles vous aussi vous serez expulsées, et voilà ce que sera votre vie. »

Aux conséquences d'un renvoi immédiat, s'ajoute parfois pour les jeunes filles enceinte un signalement à la famille, et parfois même à la police.

« On attend des établissements scolaires qu'ils interrogent les jeunes tombées enceintes pour ensuite rédiger un rapport et l'envoyer à la police. Et pas dans le but de détecter d'éventuelles violences sexuelles, comme des viols, ou des mariages forcés, non ! La seule chose qui leur importe c'est qu'elles soient enceintes. »

La plupart des jeunes filles interrogées par Human Rights Watch ne suivent plus aucune scolarité. Certaines ont entamé des formations professionnelles ou rejoint des établissements alternatifs, souvent couteux et loin de chez elles. Pour ces adolescentes, les chances de réintégrer le système d'éducation sont minces, même en cas d'avortement, qui est plus est, clandestin, la pratique étant interdite en Tanzanie.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X