Afrique: La cryptomonnaie pour réduire les coûts des transferts d'argent

C'est une excellente nouvelle pour tous ceux qui se plaignent des frais élevés des transferts d'argent vers l'étranger. L'un des géants du secteur, l'Américain Moneygram annonce avoir noué un partenariat avec un promoteur de cryptomonnaies, en vue de réduire les coûts des transferts d'argent.

Les transferts de fonds à l'étranger, et notamment ceux des migrants, représentent plus de 500 milliards de dollars chaque année, et les sociétés de transferts facturent des commissions de 7% en moyenne. Avec l'utilisation de monnaies électroniques ces frais vont baisser pour les 150 millions d'utilisateurs de cette plateforme.

C'est le principal avantage des monnaies électroniques, on peut les transférer n'importe où, sans frais, et surtout en temps réel. Face à la concurrence croissante des cryptomonnaies - de plus en plus utilisées par les migrants du monde entier - les sociétés de transferts d'argent n'ont d'autre choix que de s'adapter si elles veulent survivre. Western Union, leader du marché, fait le pari de l'instantanéité des transferts d'argent, Moneygram son challenger texan, mise sur la blockchain et sur une cryptomonnaie baptisée USDC.

L'USDC est un stable coin, c'est-à-dire une cryptomonnaie qui n'est pas sujette aux variations de cours, elle est indexée sur le dollar, un peu comme le franc cfa est arrimé à l'euro. Il sera possible dès 2022 de convertir des fonds en usdc et de les transférer ensuite dans la monnaie de son choix, le tout avec des frais inférieurs à 3% promet Moneygram. Autre avantage, l'argent pourra arriver directement dans un portefeuille électronique. Les cryptomonnaies et les devises numériques que commencent à lancer les états, rebattent les cartes du secteur. Le réseau Twitter vient d'annoncer qu'il permettait désormais d'utiliser des paiements en Bitcoin. Et le géant Facebook n'a pas renoncé à créer, pour l'Afrique notamment, sa propre cryptomonnaie.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X