Sénégal: Pr Papa Ogo Seck sur le Sommet France-Afrique - «Une démarche par le bas qui marque une rupture générationnelle»

10 Octobre 2021

Le format de la 28e édition du Sommet Afrique-France, sans chefs d'État africains, tenue, vendredi dernier, n'a pas manqué d'attirer l'attention du Professeur Papa Ogo Seck, enseignant-chercheur en Droit et Science politique à l'Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis. Interrogé par Lesoleil.sn, le Président de l'Association des juristes africains (Aja) parle même de « démarche par le bas », que l'Afrique doit saisir pour changer les paradigmes.

Le Sommet France-Afrique, qui a réuni, en fin de semaine passée à Montpellier, dans le sud de la France, 2 000 et 3 000 participants, a été consacré à la jeunesse et à la société civile africaine. Ce qui fait dire à Papa Ogo Seck, juriste et politologue sénégalais qu'une nouvelle stratégie s'impose. « A présent, il faut s'interroger sur le 'macronisme' qui vise surtout à flatter le sentiment des peuples au lieu des États ; une démarche par le bas qui marque une rupture générationnelle et que les peuples anciennement colonisés doivent saisir pour affirmer leur indépendance comme l'a fait d'ailleurs cette jeunesse à travers ce sommet », a notamment analysé le Président de l'Association des juristes africains (Aja).

Pour ce membre de l'Académie diplomatique africaine, c'est l'occasion d'organiser la jeunesse africaine en tant que génération consciente. « Une nouvelle stratégie s'impose dès lors pour l'Afrique: la stratégie par le bas », a-t-il insisté.

De son avis, ce rendez-vous international « est une réorientation stratégique de la part de l'Elysée pour comprendre le sentiment anti-français en Afrique. Il vise donc à comprendre les aspirations de la jeunesse africaine pour mieux se positionner à l'avenir. Comme les Etats africains ne font rien. C'est l'Élysée qui le fait à leur place ».

A ce titre, le Président de l'Association internationale pour la recherche et le développement en Afrique soutient que Dakar, en tant que capitale historique, doit abriter des assises nationales de la jeunesse africaine, en vue de préparer une convention extraordinaire de la jeunesse. Il s'agira dans ladite convention, selon toujours Pr. Seck, de « faire le bilan de tout ce qui se passe en Afrique sur le plan économique, social et politique à travers des propositions tenant compte des aspirations profondes des jeunes, à soumettre à l'Union africaine (Ua) et aux organisations sous régionales (Cedeao, Uemoa) ».

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X