Sénégal: Passeports chinois - L'Afp parle d'une tentative d'entacher l'honorabilité de son leader

12 Octobre 2021

À la veille de l'ouverture de la Session ordinaire unique de l'Assemblée nationale, sur un fond de levée de l'immunité parlementaire de Députés incriminés dans une affaire de trafic présumé de passeports diplomatiques, l'affaire des « passeports chinois » est remise au goût du jour.

Dans un communiqué de presse intitulé « Retour sur les obsessions malsaines », le pool des Porte-paroles de l'Alliance des forces de progrès (Afp), qui souligne que c'est un « complot (qui) avait été ourdi contre le Secrétaire général de l'Alliance des forces de progrès, l'opposant sans concession, pour tenter d'entacher son honorabilité », soutient que les comploteurs veulent « revenir à la charge, 20 ans après leur échec peu glorieux ».

Dans le sillage de la rétrocession de Hong Kong à la Chine, 28 pays africains, dont sept en Afrique de l'Ouest, dont le Sénégal, ont accepté d'entrer dans un programme, en toute transparence, en vue d'accueillir des investisseurs hongkongais moyennant l'établissement de passeports de service. Ces documents, précise Penda Ndiaye Cissé et ses camarades, « établis de manière rigoureuse et sous contrôle, ont été octroyés dans le cadre précis d'une Opération d'investissements futurs prévue au Sénégal, tout comme dans les autres 27 États africains ». Il était mentionné sur ces passeports, soutient l'Afp, que leur validité s'étendait sur une période limitée. Mieux, souligne ce parti, « aucun des documents n'a été vendu ni acheté ».

L'Afp précise que le Président de la République, dans le cadre de ce programme, avait signé deux décrets : un créant le Fonds de développement économique et social du Sénégal (Fodes) en Asie, et un autre nommant un Ambassadeur sénégalais comme Directeur de ce Fonds pour un an. En toute transparence, les fonds provenant des droits payés ont été logés dans un compte du Trésor public sénégalais au Ministère de l'Économie et des Finances, dans leur totalité, et le Fodes a été dissout dès la fin du programme.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X