Sahara Occidental: Quatrième commission - "Le Sahara occidental est un cas de décolonisation"

New York — Le Sahara occidental est un cas de décolonisation et d'occupation militaire illégale, ont plaidé les pétitionnaires, défenseurs du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui à la Quatrième Commission de l'ONU, déplorant l'absence de mécanismes de protection des citoyens sahraouis en raison du refus du Maroc d'autoriser les observateurs à accéder aux territoires occupés.

Au cours de son intervention à la Commission chargée des questions de politiques spéciales et de la décolonisation, la représentante de l'Association américaine de juristes et du Groupe de soutien de New York pour l'indépendance du Sahara occidental, Vanessa Ramos, a affirmé que "le Sahara occidental est un cas de décolonisation et d'occupation militaire illégal, et que le peuple sahraoui jouit du droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance".

Réaffirmant que les violations des droits humains et l'exploitation des ressources naturelles du territoire à travers différents accords, sont illégales, Mme Ramos a exhorté le Conseil de sécurité et le Conseil des droits de l'Homme à prendre des mesures pour mettre fin à cette situation.

Elle a demandé à la Commission de dépêcher une mission d'observation dans le "territoire occupé du Sahara occidental" avec des experts du Bureau des Nations unies pour les droits de l'Homme.

Déplorant l'arrestation de centaines de Sahraouis et de Marocains à la suite de la publication d'une vidéo sur la situation, Mohamed Hicham Radoui, d'American Peace Supporters Association, a dénoncé le blocus et l'oppression exercés par le régime marocain dans le territoire sahraoui.

"Il faut agir et éviter qu'une catastrophe ne se produise", a exhorté l'intervenant, déplorant "l'absence de mécanismes de protection des citoyens sahraouis en raison du refus du Maroc d'autoriser les observateurs. Ce conflit doit être réglé conformément au droit international", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le représentant Mohamed Ali Arkoukou, de Sahrawi Association in USA, s'est attardé sur la question des élections au Sahara occidental, les considérant comme illégales. soutenant "que les élus étaient souvent des collaborateurs du régime marocain".

Il a, en outre, précisé que "ceux qui ont participé aux élections sont des colons marocains qui sont présents depuis 1975, attirés par l'argent".

Au total 66 pétitionnaires se sont déplacés à New York pour participer au débat général sur les points relatifs à la décolonisation et s'exprimer au sujet de la question du Sahara occidental.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X