Congo-Kinshasa: Exétat - Fête dans l'ordre et la discipline à Kinshasa !

13 Octobre 2021

C'est une des rares fois, dans la ville de Kinshasa que la publication des résultats de l'examen d'Etat s'est déroulée, hier mardi 12 octobre 2021, sans euphorie habituelle à travers les artères de la capitale.

Ainsi, la 55ème édition de cette épreuve qui sanctionne la fin des études secondaires en RDC, organisée par le ministère de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), a inauguré une nouvelle ère.

Pas d'excès de joie sur les voies publiques, ni dérapages enregistrés dans la capitale jusqu'au moment où le quotidien du boulevard du 30 juin bouclait son édition. Les scènes de réjouissance se sont déroulées dans l'ordre et discipline, à travers toute la capitale.

Le désordre qui avait toujours caractérisé l'ambiance festive improvisée par les lauréats en excès de joie avec le risque de dérapages dans les artères de Kinshasa, était invisible.

Annoncés la veille, les résultats étaient rendus publics dans l'avant-midi, pendant que les écolières et écoliers étaient dans les salles de classes, pour ceux de l'avant-midi. Comme une trainée de poudre, la nouvelle était répandue dans la ville pour atteindre les différentes écoles et familles.

Des quelques élèves finalistes étaient répérés avec la poudre blanche sur la tête, et avec flacons de poudre en main pour saupoudrer les têtes de leurs proches parents.

En réalité, c'est au niveau des familles que la jouissance des lauréats accompagnés de leutrs collègues de classe se limitait. Ils n'ont pas pu perturber le déroulement des cours dans les écoles comme par le passé.

Il y a lieu de rappeler qu'avant la publication desdits résultats, le Commissaire provincial de la Police Nationale Congolaise, le Général Sylvano Kasongo, avait mis en garde quiconque oserait troubler l'ordre public. Il avait lancé à maintes reprises des avertissements aux lauréats, à leurs parents et proches pour éviter tout acte susceptible de provoquer des dérapages sur les voies publiques.

La menace du Général Kasongo était forte qu'au point qu'en cas de dérapage, les contrevenants seraient punis sévèrement, conformément à la loi.

Pour ce faire, des éléments de la police du commissariat provincial de Kinshasa étaient bien positionnés dans les différents sites et carrefours de la ville pour dissuasion. Les motocyclistes (Wewa) et les taximen qui avaient toujours été réquisitionnés par des lauréats pour des randonnées le long des voies publiques de la capitale ont évité de défier le Général Sylvano Kasongo.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X