Madagascar: Air Mad / Ouverture des frontières - Conseil des ministres décisif ce jour

Une réunion de travail entre le président Andry Rajoelina, le ministre des Transports, le ministre du Tourisme et les représentants de la Compagnie Air Madagascar a eu lieu hier à Ambohitsorohitra.

Le président Andry Rajoelina pointe du doigt le partenariat stratégique de la compagnie Air Madagascar avec Air Austral. À entendre les explications du chef de l'Etat, ce partenariat serait à l'origine des dettes colossales qui plombent la compagnie nationale actuellement. « Ces dettes qui s'élèvent à 72 millions de dollars, ont été accumulées durant la période de collaboration avec la compagnie Air Austral », soutient le locataire d'Iavoloha. Faut-il rappeler que ce partenariat stratégique a été contracté sous le précédent régime dirigé par Hery Rajaonarimampianina. Le chef de l'Etat met cet « échec » sur le compte de la mauvaise gestion.

« Cette dette est la conséquence des dépenses non maîtrisées, des coûts excessifs de la gestion », a-t-il fait savoir. Ces dépenses concernent entre autres, le prix exorbitant de la location des avions ATR qui s'élèverait à 65 000 dollars par mois. Le chef de l'Etat évoque aussi la location de 4 autres ATR auprès d'une autre compagnie appelée ELIX, qui aurait aussi entrainé une dépense allant jusqu'à 180 000 dollars à Air Madagascar, ainsi que d'autres dépenses liées à la gestion.

Réouverture des frontières. Hier, une réunion de travail entre le président Andry Rajoelina, le ministre des Transports, Roberto Tinoka , le ministre du Tourisme, Joël Randriamandranto, ainsi que les membres du Conseil d'Administration et les représentants des employés de la compagnie Air Madagascar a eu lieu au Palais d'Ambohitsorohitra. Une occasion d'étudier le plan de relance de ladite Compagnie élaboré par le Conseil d'Administration et les ministères concernés. Andry Rajoelina exige une véritable réforme de la gestion et une amélioration de la qualité des services proposés par Air Madagascar. « Les responsables et le personnel doivent respecter la culture de l'excellence concernant l'opérationnalisation, la régularité, la fiabilité et la ponctualité », soutient-il

. Il, c'est le président de la République, exige aussi le passage à la digitalisation de toutes les opérations et services tels que la réservation. En tout cas, à entendre les explications du chef de l'Etat, le Conseil des ministres de ce jour sera décisif pour l'avenir de la compagnie Air Madagascar. Après avoir entendu le souhait et les propositions des employés et des principaux concernés, l'Exécutif va prendre une décision. L'Etat va-t-il sauver ou lâcher Air Madagascar ? C'est la question que se posent les observateurs.

D'autres compagnies comme Air Mauritius, pour se relancer, ont dû procéder à un redressement judiciaire et étaient obligées de changer de flotte et/ou de vendre des avions. Le Conseil des ministres va aussi prendre une décision relative à la date de la réouverture des frontières. Hier, le président Andry Rajoelina a laissé entendre que la réouverture dépendra du contexte sanitaire, mais aussi des détails techniques. À suivre.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X