Madagascar: Antananarivo - Hausse de la capacité d'accueil des services des urgences

Les services des urgences d'Antananarivo pourront accueillir une dizaine de malades de plus. Après l'extension du service des urgences du centre hospitalier Soavinandriana (CENHSOA), sa capacité d'accueil a augmenté.

« Nous pouvons accueillir vingt-deux patients en ce moment, contre onze auparavant. Tout est neuf, dans ce service, même le matériel », indique le directeur général du CENHSOA, le médecin général Fanomezantsoa Andriamparany Rakoto, hier, lors de l'inauguration de l'infrastructure, dans le cadre de la célébration du 130ème anniversaire de l'hôpital.

Cette hausse de la capacité d'accueil des services des urgences d'Antananarivo arrive à point nommé. Plusieurs malades, dont certains dans le coma, sont rejetés à l'entrée des hôpitaux, à cause de la faible capacité d'accueil, ainsi que la gravité de la maladie des patients qui provoque souvent la prolongation de la durée de l'hospitalisation. Ainsi, les lits se libèrent très rarement.

Pas plus tard que samedi, une femme dont l'état était déjà critique, n'a pas été reçue par deux grands hôpitaux de la capitale, faute de place. Ce cas n'est pas isolé. Le rejet des patients est devenu une habitude pour les hôpitaux. Il y a beaucoup trop de malades dans un état grave pour les quelques lits des services des urgences et de réanimations.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X