Algérie: 1 milliard de dinars pour le financement des start-ups

Constantine — Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'Economie de la connaissance et des Start-ups, Yacine El Mahdi Oualid, a indiqué mercredi à Constantine, qu'un fonds estimé à un (1) milliard de dinars était mobilisé pour le financement des start-ups.

Lors d'une conférence de presse, animée en marge de l'ouverture de la conférence régionale dédiée aux start-ups "Constantine Disrupt", tenue à la salle Ahmed Bey, le ministre délégué a souligné "qu'un fonds estimé à un (1) milliard de dinars était mobilisé pour le financement des start-ups", précisant que ce montant sera "revu à la hausse en fonction des besoins et des demandes".

Il a ajouté que ce financement des start-ups se fait "au cas par cas" et exige que l'entreprise innovante dispose d'un label, d'un business plan et d'un état de comptabilité.

Le ministre délégué, mettant en avant l'importance de la flexibilité dans le soutien des start-ups, a évoqué le co-financement (fonds et banques) comme un moyen en mesure d'accompagner les entreprises innovantes.

Il a également souligné que le pays encourage le financement à l'international des start-ups.

La conférence régionale dédiée aux start-ups "Constantine Disrupt", tenue à la Salle Ahmed Bey vise à stimuler l'écosystème de l'innovation au niveau de l'Est du pays.

Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'Economie de la connaissance et des Start-ups, était accompagné par les ministres de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, de l'Industrie pharmaceutique, Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmed, de la Numérisation et des Statistiques, Hocine Cherhabil, et du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des micro-entreprises, Nassim Diafat.

Dix walis de l'Est du pays, des porteurs de projets innovants, des experts en technologie et des étudiants, entre autres, ont aussi pris part à cette conférence.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X