Angola: Le pays a de la place pour plus d'investisseurs dans le secteur pétrolier - PR

Luanda — Le Président de la République, João Lourenço, a déclaré ce mercredi, à Luanda, qu'en Angola il y avait de la place pour les investisseurs, principalement dans les domaines zones franches et dans de nouvelles zones d'exploration dans les bassins sédimentaires, où il est nécessaire de quantifier le potentiel de ressources d'hydrocarbures.

S'exprimant par visioconférence le premier jour de la session plénière du IV Forum international « Semaine russe de l'énergie », qui se tient à Moscou, Fédération de Russie, João Lourenço a rappelé que l'Angola a restructuré son secteur pétrolier.

A cet égard, il a indiqué que l'Agence nationale du pétrole, du gaz et des biocarburants (ANPG) a été créée, avec la fonction de concessionnaire et régulateur de "l'upstream", et l'Institut de régulation des dérivés pétroliers (IRDP), dont la fonction est de régulateur du « mid-downstream ».

Il a expliqué que la société angolaise des hydrocarbures "Sonangol" se concentrait désormais sur les activités de la chaîne de valeur du secteur pétrolier, c'est-à-dire la prospection, la recherche, l'évaluation, le développement et la production de pétrole brut et de gaz naturel, le raffinage, le transport, le stockage, la distribution et la commercialisation de produits dérivés.

L'Angola produit actuellement environ 1,3 milliard de barils de pétrole par jour et 2,7 milliards de pieds cubes de gaz naturel par jour.

João Lourenço a déclaré que l'activité d'exploitation et de production d'hydrocarbures s'était essentiellement limitée au pétrole brut.

Il a indiqué que, compte tenu de la nécessité d'exploiter économiquement le potentiel gazier du pays, ainsi que de l'élimination du torchage respectif, le projet de construction de l'usine Angola LNG a été mis en œuvre, un partenariat entre Sonangol, Chevron, BP, Eni et Total , pour la liquéfaction du gaz naturel.

Le projet, selon l'homme d'État angolais, vise l'utilisation efficace des gisements d'hydrocarbures gazeux, ainsi que la promotion de la diversification de l'économie angolaise.

Il a déclaré que des actions étaient en cours pour mettre en œuvre le Nouveau consortium de gaz, qui vise à produire du gaz non associé en vue de permettre l'approvisionnement continu en gaz de l'usine Angola LNG et, par conséquent, l'approvisionnement en gaz de la centrale de cycle combiné de Soyo et l'industrie des fertilisants, dans le cadre de la diversification de l'économie angolaise.

Le président João Lourenço a estimé que le développement du secteur du gaz constitue une opportunité pour les entreprises russes, compte tenu de l'expérience qu'elles ont dans ce domaine, pour contribuer à la création d'aciéries, d'usines de fertilisants, de production d'électricité et autres. (suite)

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X