Congo-Kinshasa: « Requiem pour la paix » - Kinshasa entre dans la danse

Le concert classique qu'organise le 29 octobre, Afrika Opéra, en partenariat avec la Délégation Wallonie-Bruxelles et le Centre culturel Boboto, intègre la capitale comme étape finale de la seconde édition de l'événement culturel, quatre concerts à livrer selon un programme élaboré par Uwezo Afrika Inititative en hommage aux victimes des conflits et guerres subies dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) depuis 1996.

Lancé à Bukavu, le 8 septembre, « Requiem pour la paix » a été vécu comme un événement commémoratif touchant. À l'instar du premier, l'an dernier, il a honoré la mémoire des victimes de violences et atrocités innommables des différentes guerres et conflits qui n'ont de cesse d'affliger l'Est de la RDC depuis vingt-cinq ans. Le programme qui va se poursuivre du 21 au 29 octobre est étendu à Kinshasa cette année comme dernière étape. Les artistes de la capitale veulent marquer leur solidarité à la population meurtrie en se joignant à cet hommage rendu aux Congolais décédés dans des conditions tragiques et aux rescapés qui sont marqués à vie par leur vécu trouble.

Deux autres haltes sont donc annoncées au cours de ce mois avant la capitale. En effet, Kaniola est le second arrêt de « Requiem pour la paix » suivi de Goma, qui va précéder la clôture à Kinshasa, le 29 octobre de 14 heures 30' à 18 heures 30', dans la salle de spectacle du Centre culturel Boboto.

La participation de Kinshasa s'inscrit dans l'esprit « d'un projet identique d'Afrika Opéra qui cadre avec la vision d'Uwezo Afrika initiative », a indiqué au Courrier de Kinshasa le contre-ténor Clovis Makabu. Et donc, a souligné le président du collectif Afrika Opéra, « Au lieu d'aller en ordre dispersé, nous avons décidé de nous mettre ensemble avec Uwezo Afrika, nous joindre à son projet de Requiem qui en est à sa deuxième édition cette année ».

Quarante-six chanteurs lyriques sur scène

Coordonnateur de « Requiem pour la paix » au niveau de Kinshasa, Clovis Makabu est aussi le directeur musical du spectacle à venir. Evoquant les préparatifs, il signale : « deux solistes d'ici sont partis ce dimanche à Bukavu pour participer à la suite de la tournée avant de revenir, le 25 octobre, avec l'équipe qui a presté sur les scènes provinciales, en tout vingt-six artistes, et se joindre aux vingt choristes déjà formés à Kinshasa pour un travail en atelier ».

Quant au répertoire essentiellement fondé sur Mozart l'an dernier, à la première édition, il est cette fois enrichi avec les œuvres illustres d'autres compositeurs. Clovis Makabu annonce à cet effet : « Cette année, nous avons aussi Chopin, Verdi et Vivaldi qui seront interprétés par les quarante-six artistes lyriques ».

Par ailleurs, le contre-ténor souligne que la manifestation du 29 octobre, à l'instar des précédents, se tiendra en deux temps. De sorte que, a-t-il poursuivi, « la musique lyrique va couvrir la première partie du spectacle tandis que la deuxième est prévue autour du feu. Les victimes des atrocités de l'Est vont raconter ce qu'ils ont vécu dans une ambiance feutrée à peine ponctuée par une musique de fond, la voix d'un chanteur d'opéra accompagné d'une guitare et de xylophones ».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X