Mali: La force Barkhane a totalement quitté Kidal

Une patrouille mixte de la force française Barkhane et des Fama, l'armée malienne, dans les rues de Ménaka (photo d'illustration).
13 Octobre 2021

L'armée française affirme que le dernier "convoi logistique" de Barkhane a quitté Kidal. Les villes de Tombouctou et Tessalit sont aussi concernées.

L'annonce du départ des soldats français de ces villes du nord du Mali avait été faite par le président français, Emmanuel Macron, en juillet dernier afin d'adapter le dispositif militaire dans le Sahel.

Mais, à Kidal, la nouvelle ne fait pas grand bruit dans les rues. Pour les habitants, il y a longtemps en fait, que les Français n'étaient plus visibles.

Attiyoub Ag Intalla est président de l'organisation de la société civile de Kidal. S'il avait bel et bien entendu parler d'un départ prochain, il ignorait quand est-ce qu'il aurait lieu.

"Même au niveau de la région, ce n'est pas officiel. Nous n'avons eu aucun contact pour nous dire quel jour et à quelle heure cela aurait eu lieu. A l'inverse de la Minusma avec qui nous avons tout le temps un contact et sommes informés de ce qu'ils font", explique Attiyoub Ag Intalla.

"Il y a longtemps que Barkhane est partie"

Ce qui était jusqu'ici une rumeur dans les rues de Kidal, s'est donc confirmée. Barkhane est partie.

Selon un membre de la société civile, qui a souhaité garder l'anonymat, les avis divergent face à cette nouvelle, mais une grande partie de la population pense que ce départ ne changera pas grand-chose.

"La population est pour le départ des troupes françaises de l'Azawad et du Nord, notamment celles de Kidal où l'on n'a pas enregistré de choses concrètes réalisées par l'opération Barkhane", estime cet habitant de Kidal.

D'après un autre habitant, cela fait longtemps que les Kidalois n'ont pas constaté la présence française dans l'enceinte de la ville. Auparavant, les patrouilles de soldats étaient régulières mais elles se sont dit-il, arrêtées du jour au lendemain, et les forces françaises ne sont devenues qu'un souvenir pour la population.

Pour lui, "Il y a longtemps que l'on n'a pas vu Barkhane, sinon à travers leurs avions de chasses. Il n'y a pas de patrouille, il n'y a pas d'actions à l'endroit des populations, il n'y a pas non plus de bonnes collaborations avec les populations."

Des jours incertains

Hors micro, un responsable de la Coordination des mouvements de l'Azawad, l'alliance des anciens groupes rebelles, admet pour autant que leur départ laissera un vide sur le camp qui sera transféré aux forces armées maliennes et que, je cite, "on ne sait de quoi l'avenir sera fait".

Pour autant, près de 1.300 casques bleus de la mission des Nations unies au Mali (Minusma) resteront sur place, ainsi que 400 militaires maliens du bataillon reconstitué, composé d'anciens membres de groupes armés et de soldats des forces conventionnelles maliennes.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X