Congo-Kinshasa: 3ème cycle de l'examen périodique universel - Lancement de la Session d'orientation pour les parlementaires sur la mise en œuvre des recommandations

La salle de banquets de l'hémicycle du Palais du peuple a abrité ce mercredi 13 octobre 2021, la session d'orientation pour les parlementaires sur la mise en œuvre des recommandations du 3ème cycle de l'examen périodique Universel de la RDC.

Présidée par Marie-José Ntshaykolo, Coordonnatrice du Programme Voix et Leadership des femmes en RDC au Centre Carter, cette session

Organisée par l'UPR info, en partenariat avec la Commission Parlementaire Nationale des droits de l'homme, a présenté l'Examen Périodique Universel et ses caractéristiques clés, à savoir, l'identification de la place de l'EPU dans le cadre du système de protection des droits humains de l'ONU, les rôles des parties prenantes à l'EPU et dresser un calendrier d'engagement pour l'Examen Périodique Universel de la République Démocratique du Congo.

Elle a mis un accent tout particulier sur le rôle des parlementaires pour son suivi et sa mise en œuvre.

Puis, le Président de la Commission Nationale des droits de l'homme, Mwamba Mushikonke, intervenant à son tour, a démontré qu'après des réflexions axées sur la révision de la situation des droits de l'homme de la RDC, pour le 3ème cycle, les Etats pairs lui ont formulé 261 recommandations, sur lesquelles elle a accepté 239 et noté 28.

"En acceptant ces 239 recommandations, la RDC s'est engagée à prendre des mesures législatives, définir et adopter les politiques, des plans, des programmes et des stratégies en vue notamment, de ratifier des instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits de l'homme ou y adhérer et d'améliorer les conditions de jouissance des droits civils et politiques, droits économiques, sociaux et culturels et droits collectifs ainsi que des droits des femmes, des enfants, des personnes handicapées, des peuples autochtones et des personnes de 3ème âge", a-t-il dit.

Quant aux Membres de la Commission Parlementaire des droits de l'homme, cette démarche est importante pour une bonne application des attributions des élus nationaux. "Il est important de renforcer les capacités des Députés nationaux parce qu'une grande partie de ces recommandations est liée à des textes législatifs que nous nous devons adopter à l'Assemblée Nationale.

Aussi, comme député, nous avons la mission de contrôler le Gouvernement par rapport aux engagements qu'il prend tant au niveau national qu'international. ", a laissé entendre Simon- Pierre Iyananio, Président de cette Commission.

Ce dernier a remercié les partenaires qui les accompagnent dans cette démarche. Et, il souhaite que toute la population congolaise puisse se mettre dans cette dynamique afin d'aider le pays à reprendre sa place au niveau international.

Par ailleurs, Mona M'bikay, Directrice Exécutive de l'UPR info a épinglé leur intervention sur les résolutions des Nations-Unies relatives au rôle des parlements dans les travaux du Conseil des Droits de l'homme en s'appuyant sur les résolutions AG -65/123, 66/261, 68/272 et 70/298 sur la contribution des parlementaires aux travaux du conseil des droits de l'homme(CDH); les résolutions 22/15, 26/29 et 30/14 et 35/29 du Conseil des Droits de l'homme qui fournissent des lignes directrices des recommandations sur la contribution des parlementaires aux travaux des CDH et de son Examen périodique Universel ainsi que la résolution 48/134 de l'Assemblée Générale (Principes de Paris) et principes de Belgrade : relations entre les INDH et les parlements.

Elle conclut, en soulignant que la collaboration et la communication entre les parties prenantes est importante. Et les médias facilitent cet accès à l'information.

Il y a lieu de signaler que cette session a connu comme participants, les membres de la Commission Nationale des Droits de L'homme, ceux de la Commission Nationale des Droits de l'homme et ceux de la Commission Parlementaire Genre, la Représentante du Bureau Conjoint des droits de l'homme et les Représentants de l'UPR info.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X