Cameroun: FMI - Banque mondiale - Séance d'évaluation

Le vaccin anti-Covid, le climat, la sécurité au menu en ouverture des réunions annuelles des institutions de Breton Woods, à laquelle le ministre de l'Economie prend part.

Depuis hier, 13 octobre 2021, le Cameroun participe activement aux réunions annuelles du groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire internationale (FMI), en mode virtuel. C'est ainsi qu'avant la plénière d'ouverture, Alamine Ousmane Mey, ministre de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire (Minepat) a pris part à la rencontre bilatérale avec le bureau Afrique de l'Ouest et centrale de la Banque mondiale. Au menu des échanges conduits par Ousmane Diagana, vice-président de la Banque mondiale chargé de cette région, l'état de la coopération entre les deux parties, la vaccination contre le Covid-19, les questions de sécurité, les changements climatiques, le projet d'interconnexion électrique entre le Cameroun et le Tchad, entre autres.

Concernant le vaccin, alors Ousmane Diagana déplore la forte hésitation notée au Cameroun, le Minepat a affirmé que le gouvernement mettait tout en œuvre pour renforcer la communication et la sensibilisation afin de faire adhérer un plus grand nombre de Camerounais, et contribuer ainsi à ce que l'Afrique atteigne un taux de couverture vaccinale capable de garantir une immunité collective contre la pandémie. La politique d'acquisition de ces vaccins devrait également être revue, en partenariat avec la Banque et l'Union africaine.

Parlant des zones en situation de fragilité sécuritaire et climatique, Alamine Ousmane Mey a indiqué que la stratégie gouvernementale a été mise à jour et transmise à la Banque mondiale pour que les jalons de la résilience soient mis en œuvre. « Nous voulons par exemple qu'en plus du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la région de l'Extrême-Nord et d'autres parties du pays soient prises en compte pour que les mécanismes de prévention des changements climatiques nous permettent de mobiliser les ressources nécessaires pour y répondre aux différents besoin des populations », a souligné le ministre. Il a également redit la détermination du Cameroun, bien que n'étant pas un gros pollueur, à réduire son taux d'émissions de gaz à effet de serre, évalué aujourd'hui à 35%.

L'énergie, élément essentiel de la transformation structurelle de l'économie tant souhaitée, a aussi retenu l'attention. Quand on sait que dans le portefeuille de la Banque au Cameroun, ce secteur occupe une place importante, Alamine Ousmane Mey a assuré que le pays allait tout faire pour améliorer le taux de décaissement et d'utilisation des fonds alloués, pour une réalisation des différents projets dans un délai moyen de cinq ans.

Le reste des travaux qui courent jusqu'au 25 octobre prochain, s'est déroulé à huis clos. Des travaux qui se tiennent dans un contexte un peu spécial, marqué d'une part par le scandale autour du rapport Doing Business dont la production a été arrêtée de fait d'allégations de favoritisme envers certains pays classés. Lequel scandale met sur la rellette, Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, qui était DG de la Banque au moment des faits soupçonnés. D'autre part, il y a l'optimisme lié à l'allocation d'un montant record des droits de tirage spéciaux (650 milliards de dollars), pour la lutte contre la pandémie dans le monde.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X