Namibie: Coopération - La RDC a acheté 27 300 tonnes de chinchards à la Namibie

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a payé 85,7 millions de dollars namibiens (environ 5,8 millions de dollars américains) pour pêcher et acquérir 27 300 tonnes de poissons appelés chinchards, indique le journal "The Namibian". Objectif : permettre la réduction de prix des surgelés et stabiliser les prix des chinchards sur le marché.

Le lot acquis par la RDC faisait partie du reliquat de la cargaison mise aux enchères en mai et qui n'a pas trouvé preneur auprès de l'industrie locale namibienne. Le porte-parole du ministère des Finances namibien, Tonateni Shidhudhu, l'a confirmé à "The Namibian", le 12 octobre, indique le journal. « Le ministre de la Pêche et des Ressources marines a, en vertu de l'article 33 de la loi maritime de 2000, accordé au gouvernement de la RDC le droit d'acquérir le quota de chinchards alloué pour la période 2021, du 11 octobre 2021 au 31 décembre 2021 », a-t-il déclaré.

La RDC, rappelle-t-on, a effectué le paiement après avoir manqué la date limite du 30 septembre. Le paiement du montant devait être effectué sur le compte bancaire de l'État namibien au plus tard le 30 septembre à 10 heures, avait déclaré le directeur exécutif des finances namibien par intérim, François Brand. La lettre de facturation montre que la RDC avait effectué sa demande d'achat du quota le 9 septembre, par l'intermédiaire du ministère namibien des Relations internationales et de la Coopération. Le ministre de l'économie de la RDC, Jean-Marie Kalumba Yuma, qui a été en mission en Namibie fin septembre, avait remis un chèque symbolique de 86 millions de dollars namibiens au ministre de la Pêche et des Ressources marines de la Namibie, Derek Klazen, pour montrer son engagement à acquérir les poissons. Pour sa part, la directrice exécutive de la Pêche de la Namibia, Annely Haiphene, avait précisé que le poisson sera pêché par des navires battant pavillon namibien et que le gouvernement congolais devait négocier directement avec l'industrie namibienne de la pêche. « Le ministère n'a aucun rôle à jouer dans ce domaine. Nous ne faisons que les aider car nous constatons que la saison de pêche touche à sa fin », avait-elle déclaré.

Deux mois et demi avant la fermeture de la saison de pêche

L'industrie de la pêche a remis en question le traitement préférentiel accordé à la RDC, qui est en dehors des règles et règlements de la vente aux enchères, indique "The Namibian", précisant que les experts du secteur s'interrogent sur cette vente, car il reste deux mois et demi avant la fermeture de la saison de pêche du chinchard, le 31 décembre. "Il s'agit d'environ 11 000 tonnes qu'ils doivent pêcher par mois, ce qui signifie environ cinq navires si chaque navire capture 2200 tonnes par mois, ce que la plupart des navires ont la capacité de faire. Ensuite, il y en a quelques-uns qui ont une capacité d'environ 3 000 à 3 500 tonnes par mois", ont déclaré les experts.

Selon l'exigence légale, rappelle-t-on, les poissons doivent être pêchés par un navire de pêche possédant une licence et ces navires doivent être exploités par au moins 90 % de Namibiens. Le ministre namibien peut également imposer d'autres conditions, qu'il peut déterminer. Selon "The Namibian", si le quota de poissons de la RDC n'est pas pêché d'ici à la fin de la saison, les experts soupçonnent le gouvernement namibien de vouloir laisser la RDC pêcher le reste l'année prochaine, ce qui est illégal.

La RDC, le plus grand marché du chinchard namibien

L'attention se porte maintenant sur la manière dont la RDC va s'organiser et passer des accords avec les opérateurs de navires pour capturer le quota dans un délai aussi court, indique le journal namibien. Le pays est le plus grand marché pour le chinchard namibien et environ 90% d'exportation des chinchards lui sont destinés. En vue de permettre la réduction de prix des surgelés, le gouvernement congolais avait négocié l'achat en Namibie de 27 300 tonnes de chinchards, pour notamment de stabiliser les prix des chinchards sur le marché, en attendant que la RDC ne puisse développer son propre secteur de la pêche. Le secteur de la pêche est l'un des principaux contributeurs au produit intérieur brut de la Namibie avec des recettes d'exportation d'environ 783 millions de dollars par an.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X