Congo-Brazzaville: Musique et souvenirs - Et l'orchestre Bantous fut créé

L'orchestre Bantous de la capitale fut créé le 15 août 1959 et sa sortie officielle eut lieu chez Faignond, bar construit en 1948, dans la rue Mbaka à Poto-Poto, Brazzaville. Il fut à l'époque le plus haut lieu de la vie, du plaisir, de la danse et où les mardis, jeudis et dimanches furent des journées de grandes retrouvailles pour les ambianceurs.

Appelé au départ "Orchestre Bantous", ses co-fondateurs optèrent pour la dénomination "Bantous de la capitale" à la faveur de la sortie, en 1962, de la chanson de Célestin Nkouka intitulée "Bantou de la capitale".

Jean Serge Essous, Ganga Edo, Nkouka Célestin, Daniel Loubelo de la lune et Pandi Saturnin en sont les co-fondateurs. Ils seront rejoints plus tard, en 1960, par Dieudonné Nino Malapet (saxophoniste), Nedoule dit papa Noël (guitariste) et Bukassa Jojo dit Jojo le beau gars (chanteur) qui formera un duo de charme avec Nkouka Célestin, Célio.

Bien qu'ayant contribué à l'idée de la création de l'orchestre à Léopoldville, Nino Malapet y resta pendant quelques temps dans le but de finaliser le contrat qui le liait avec le « Rocca Mambo » et les Editions Essengo. L'orchestre « Rocca Mambo » se disloqua à la suite d'une tournée effectuée à Pointe-Noire et Nino Malapet rejoignit l'orchestre Bantous un peu plus tard.

Le Rocca Mambo, créé par Essous, Nino et Pandi autour des années 1956 et 1957, fut issue des cendres du Negro Jazz dont les co-fondateurs sont Essous, Edo Ganga, Joseph Kaba et Nkouka Célestin en 1954. Le nom Rocca Mambo fut extrait du livre "Histoire du conte de la brousse et de la forêt" d'après les dires de Jean Serge Essous, au cours de l'émission intitulée « L'homme et son temps » de la chaîne de télévision DRTV.

Lors de la création de l'orchestre Bantous, celui-ci est composé ainsi qu'il suit : Essous Jean serge (Clarinettiste, chef d'orchestre), Ganga Edo (chanteur), Nkouka Célestin (chanteur), Dicky Baroza (frère cadet de Tino Baroza / guitare solo), Ndingari Dignos (Guitare-accompagnement), Daniel Loubelo de la lune (guitare base), Pandi Saturnin (batteur), Etienne Bakana dit Moustache (manager). On les appelait les huit pauvres Bantous. Le titre huit pauvres bantous fut inspiré d'une chanson de Pandi Saturnin.

Essous Jean Serge "3S", artiste chevronné, clarinettiste, flutiste, saxophoniste, arrangeur, compositeur, chanteur à la voix rocailleuse est le leader charismatique du groupe, au regard de ses prestations, de son savoir-faire, de ses initiatives et de la plus-value qu'il apporte au sein du groupe au plan artistique et managérial. Les chroniqueurs musicaux et chevaliers de la plume de cette époque disaient de lui "qu'il était l'âme et le corps de l'orchestre Bantous". Ainsi fut le début de l'époque de l'un des plus grands orchestre du Congo Brazzaville dont les succès franchirent les frontières du pays et du continent. (A suivre)

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X