Kenya: Après les Pandora Papers, Uhuru Kenyatta épinglé par Biden sur la transparence financière

Le président américain President Joe Biden et son homologue kenyan, Uhuru Kenyatta.

Le président kényan a été reçu par son homologue américain Joe Biden hier à Washington. Il est le premier chef d'État africain reçu par le président des États-Unis depuis son investiture en janvier.

Ils se connaissent depuis presque dix ans. À l'époque, Uhuru Kenyatta était déjà président et Joe Biden était encore vice-président de Barack Obama. C'est donc presqu'en vieux amis qu'ils se sont retrouvés à la Maison Blanche. Au-delà du président kényan, c'est à toute l'Afrique que s'adresse Joe Biden lorsqu'il annonce que les États-Unis vont faire don de 17 millions de doses du vaccin Janssen à l'Union africaine, en plus des 50 millions de doses déjà envoyées à l'organisation.

En revanche, c'est bien à Uhuru Kenyatta en personne qu'il s'adresse lorsqu'il explique qu'il souhaite parler de transparence financière, quelques jours après que les Pandora Papers ont mis en cause la famille du président kényan.

Celui-ci veut bien parler d'économie, mais plutôt en matière commerciale. L'accord de libre-échange entre les deux pays, qui permet d'exempter les produits kényans de droits de douane, vient à échéance en 2025 et la renégociation est au point mort.

Finalement, un sujet fait consensus, celui de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. Dans la corne de l'Afrique particulièrement instable, avec des voisins comme la Somalie avec les Shebab et l'Éthiopie et le conflit au Tigré, pour le Kenya la coopération avec les États-Unis est incontournable.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X