Soudan: Les dissensions s'accentuent au sein des forces de la transition

Photo d'archives - Une réunion de membres du Conseil de Transition (CT) et des Forces de la liberté et du changement (FFC).

De nouveaux craquements au sein de la transition au Soudan. Alors que les tensions ente civils et militaires sont déjà à leur comble, les dissensions s'accentuent au sein du FFC, les Forces de la liberté et du changement, l'alliance qui a été le fer de lance des manifestations qui ont abouti à la chute d'Omar El Béchir.

Deux factions rebelles, qui avaient rejoint la transition à la faveur de l'accord de Juba il y a un an, ont décidé de former une alliance dissidente, et plaident pour un remaniement des autorités de transition.

À Khartoum on les appelle désormais les « FFC 2 ». À la tête de cette nouvelle alliance on trouve Mini Minawi, ancien chef rebelle de l'Armée de libération du Soudan et Djibril Ibrahim du Mouvement pour l'égalité et la justice. Le premier a été nommé en mai dernier gouverneur du Darfour, le second, ministre des Finances.

L'heure est à la revendication

Cela avait alors été perçu comme des pas en avant dans l'application de l'accord de Juba, mais aujourd'hui l'heure est de nouveau à la revendication. Tous deux estiment que les groupes armés sont toujours lésés dans la répartition des portefeuilles au sein des autorités de transition. Et demandent donc des remaniements. Ils l'ont encore répété le mercredi 13 octobre au Premier ministre Abdallah Hamdok qui a tenté en vain de réunir les deux branches du FFC autour d'une même table.

La chercheuse soudanaise Kholood Khair, voit également dans cette dissidence une volonté de la part des deux anciens chefs rebelles de se « repositionner dans le jeu politique, pour le cas où les militaires prendraient le dessus sur la transition », qui traverse une crise sans précédent.

Tensions au plus haut

Trois semaines après la tentative déjouée de coup d'État, les tensions entre civils et militaires sont à leur comble. Au point que lundi dernier, c'est le président du Conseil souverain, le général Abdel Fattah Abdelrahmane al-Burhan qui a réclamé la dissolution du gouvernement.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X