Gambie: L'Association des Organisations Non-Gouvernementales de la Gambie (TANGO) organise une session d'évaluation et d'analyse sur la politique et d'autres sujets

15 Octobre 2021

L'Association des Organisations Non-Gouvernementales de la Gambie (TANGO) a conclu hier deux jours de formation sur l'évaluation et l'analyse des doctrines politiques concernant les sujets du Genre et des Droits de l'Homme pour les membres des Organisations Non-Gouvernementales dans le pays.

La séance de formation avait pour but de sensibiliser les membres des ONG sur le thème des droits de l'Homme et de l'état de droit. La formation avait également pour but d'évaluer et de superviser les bénéficiaires qui avaient déjà entrepris des séances de formation. Cette formation permettra de renforcer toutes les régions du pays, et ce, en vue d'évaluer les bénéficiaires sur les leçons et enseignements reçus au cours de leur apprentissage.

Ndey Sireng Bakurin, la directrice éxécutive de TANGO, a expliqué que la formation a mis un accent particulier sur les leçons et enseignements reçus auparavant lors du lancement du programme sur le thème des droits de l'Homme et de l'état de droit financé par le Fonds des Nations Unies pour la Démocratie.

« La Gambie a connu des cas graves de crimes contre les droits de l'Homme au cours des 22 dernières années. Cette formation nous permettra d'acquérir le savoir-faire et les compétences nécessaires tout en rehaussant nos connaissances sur le thème des droits de l'Homme et de l'état de droit. »

Mme Bakurin a également réitéré que l'objectif principal de cette formation était de sensibiliser les participants sur le thème des droits de l'Homme et de l'état de droit. Il a ajouté que le dialogue et l'engagement sont essentiels en vue d'aider les acteurs et partenaires, notamment les Organisations de la Société Civile, à accomplir leur tâche dans le processus de développement national du pays.

« Des élections libres et démocratiques n'impliquent pas uniquement de permettre aux électeurs de voter dans des conditions transparentes. Elles exigent principalement de veiller à ce que les citoyens soient informés sur leurs droits et les procédures électorales, et ce, en vue de leur permettre de prendre des décisions idoines et participer ainsi aux processus électoraux. »

Elle a ajouté que les organes de supervision des élections, notamment les Organisations de la Société Civile, devraient promptement divulguer au public les informations concernant le processus de recensement des électeurs et le calendrier de vote. Elle a adressé ses remerciements à la coalition des Organisations de la Société Civile sur les élections et aux partenaires associés pour leur part active dans le processus électoral du pays.

Elle a exprimé sa reconnaissance et sa joie à la Commission des Droits de l'Homme et au Fonds des Nations Unies pour la Démocratie pour leur fructueuse collaboration et le soutien apporté à TANGO et à ses partenaires.

John Charles Njie, le président de l'Association des Organisations Non-Gouvernementales de la Gambie (TANGO), a également déclaré que l'importance du processus de suivi et d'évaluation ne peut être suffisamment exagérée car il est toujours important d'observer et d'examiner l'impact de la formation sur les bénéficiaires.

« Cette session vous donnera l'opportunité de jauger vos connaissances et d'évaluer l'impact que les enseignements et leçons que vous avez acquis dans le passé ont eu sur votre éducation. Elle vous permettra d'identifier non seulement vos insuffisances, mais également les domaines qui requièrent une attention particulière. J'ai la ferme conviction que ces deux jours vous aideront à hisser notre région au rang des meilleures. »

Il a poursuivi pour dire que le problème du pays ne concerne pas uniquement le leadership politique. Il a affirmé que le problème se trouve plutôt au niveau du comportement et de l'attitude négative de tous les Gambiens qui n'hésitent pas à se lancer des disputes ou à proférer des invectives et des injures les uns contre les autres. Il a ajouté que les Gambiens préfèrent adopter une attitude violente et agressive plutôt que de promouvoir aide et assistance les uns envers les autres.

« Avec ce niveau de formation, nous passerons de l'étape individuelle à l'étape collective. Si vous êtes prêts à mettre votre expertise et vos efforts au service de votre région et de votre pays, j'ai la ferme conviction que dans un temps relativement court ce pays se transformera en un havre de paix et de bonheur et de prospérité pour tous ces résidents. »

Mme Touray, la Vice-Présidente de la Gambie, inaugure un Laboratoire de Biologie Moléculaire a l'Unité de Conseil de Recherche Médicale de la Gambie

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X