Afrique: Le Groupe de Genève appelle Guterres à faire respecter les droits de l'homme au Sahara occidental

Geneve — Le Groupe de soutien de Genève pour la protection et la promotion des droits humains au Sahara occidental a appelé, vendredi, le secrétaire général de l'ONU à agir de manière forte en faveur du respect des droits de l'homme au Sahara occidental tout en critiquant son rapport sur la situation dans les territoires occupés.

"Les organisations soussignées demandent au Secrétaire Général de l'ONU de rétablir la confiance et d'inspirer l'espoir au Sahara occidental en agissant de manière ferme et cohérente pour les droits de l'Homme, y compris le libre exercice du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui, conformément à la résolution 1514 (XV) de l'Assemblée Générale", soutiennent, dans un communiqué, les 301 organisations qui composent le Groupe de Genève.

"Le contenu de son dernier rapport sur la situation concernant le Sahara occidental ne permet pas d'identifier le Secrétaire Général comme l'incarnation des idéaux des Nations Unies et porte-parole des peuples du monde, en particulier ceux qui sont pauvres et vulnérables", ont-t-ils déploré.

Le Groupe rappelle que, "le Sahara occidental est le seul territoire non autonome listé par le Comité spécial chargé d'étudier la situation en ce qui concerne l'application de la déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux qui n'a pas de puissance administrante faisant rapport au Secrétaire général", relevant que, "l'ONU et son Secrétaire général ont une responsabilité première envers le peuple du Sahara occidental".

"Dans l'accomplissement de son mandat, le Secrétaire général devrait prendre dûment en compte le cadre juridique global et l'impératif du respect et de la mise en œuvre du droit international et de la protection du peuple sahraoui vivant sous occupation militaire illégale", ajoute le communiqué du Groupe de Genève.

Dans ce contexte, le groupe n'a pas manqué de rappeler la décision du Tribunal de l'Union européenne dans son récent jugement sur les accords commerciaux entre l'Union européenne et le Royaume du Maroc, assurant "qu'il aurait été approprié que le Secrétaire général et le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix donnent instruction au chef de la Minurso de protéger la zone tampon de toute intervention militaire".

"Lorsqu'il énumère les pays qui ont inauguré ou annoncé leur intention d'inaugurer des consulats généraux dans le territoire non autonome du Sahara occidental, il omet de noter que cela est contraire aux normes du droit international", dénonce le groupe.

Dans la section consacrée aux activités humanitaires et aux droits de l'homme, les organisations qui composent le Groupe de Genève déplorent le fait qu'Antonio Guterres, "ne juge pas nécessaire de consacrer un seul mot aux violations persistantes de tous les droits de l'homme des réfugiés en raison de l'occupation militaire illégale de longue date du territoire non autonome du Sahara occidental par le Royaume du Maroc".

S'agissant des observations et recommandations finales d'Antonio Guterres, les signataires du communiqué notent que "tout en exprimant sa profonde inquiétude quant à l'évolution de la situation au Sahara occidental, le Secrétaire général n'offre aucune perspective à la Minurso de remplir son mandat principal, l'organisation du référendum d'autodétermination".

"Au contraire, en reproduisant le langage incongru imposé par les membres permanents du Conseil de Sécurité qui soutiennent l'occupation illégale du Territoire Non Autonome du Sahara Occidental, à savoir la France et les Etats-Unis, le Secrétaire Général porte atteinte à tout effort possible que le nouvel Envoyé Personnel au Sahara occidental pourrait envisager d'entreprendre pour encourager la Puissance occupante à respecter le droit international", ont-ils signalé.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X