Madagascar: Lutte contre les fraudes - Une plateforme d'échanges de données entre les douanes et les impôts

Les techniciens de la DGD et de la DGI ont planché sur les moyens d'optimiser les contrôles

L'Etat entend améliorer la collecte des recettes publiques. Les procédures légales sont renforcées pour y parvenir. C'est justement dans cette perspective que les administrations fiscales et douanières travaillent sur le renforcement des actions de lutte contre les fraudes à travers la mise en place d'une plateforme d'échanges de données

La Direction Générale des Douanes et la Direction Générale des Impôts ont tenu mercredi dernier une réunion destinée justement à réorienter et à renforcer leur collaboration. Une collaboration qui ne date pas d'hier puisqu'elle a déjà fait l'objet d'un protocole de collaboration signé en 2010.

Relance

Déjà effectif, ce protocole a cependant été suspendu pour diverses raisons. Sa relance va probablement améliorer les choses. Il s'agira notamment de renforcer les contrôles mixtes et les échanges d'informations entre ces deux entités de collecte des recettes publiques. « L'objectif est d'arriver à un accroissement des recettes fiscales et douanières à travers un renforcement des contrôles et une fluidification des échanges des données », précise un responsable de l'administration douanière.

En effet, l'exploitation conjointe des données et I 'échange d'information entre les deux directions générales constituent les pierres angulaires du renforcement de la lutte contre les fraudes. Et ce, pour la bonne et simple raison que les deux administrations font face aux mêmes fraudeurs. Ce qui fait que la meilleure stratégie de ciblage et de mesure du risque de non-conformité douanière et fiscale est de coupler les bases de données des deux administrations et de partager des informations sur les profils des contribuables. Pour le contribuable, cette collaboration entre les douanes et les impôts leur évite une perte de temps dans la mesure où les contrôles fiscaux et douaniers se font en même temps.

En interne

À terme, l'exploitation en commun des informations sur les contribuables accumulées au niveau de chacune des deux directions générales permettra d'améliorer les contrôles et la lutte contre les fraudes et de parvenir ainsi à accroître les recettes fiscales et douanières. « Cette plateforme d'échanges de données réalisée en interne au niveau des douanes et des impôts va permettre de faire une économie d'échelle en matière de contrôle », précise Ernest Lainkana Zafivanona, Directeur Général des Douanes. Une manière en somme d'optimiser les résultats des contrôles et de limiter ainsi les fraudes et par conséquent d'augmenter les recettes fiscales.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X