Madagascar: Trafic de drogue - Une vingtaine de dealers arrêtés

En septembre, vingt-neuf personnes dont un mineur et trois étudiants ont été interpellées pour trafic et consommation de drogue. Il reste encore les barons.

Belle prise de la brigade de Stupéfiant (STUP) d'Anosy. Son bilan du dernier mois fait état de vingt-neuf individus pourchassés. Parmi ces présumés consommateurs et trafiquants de drogues dures, figurent un garçon de 15 ans et trois étudiants.

La police a enregistré neuf cas de vente de stupéfiant et trois cas de consommation. Elle a réalisé une série d'opérations, au cours de laquelle elle a mis la main sur quatre kilos et quart de chanvre indien, dix grammes de cocaïne, quinze grammes d'héroïne et cent dix-huit comprimés d'ecstasy. La majorité de suspects ont été placés en détention préventive.

« Tout comme l'héroïne et la cocaïne, l'ecstasy ou drogue de l'amour est une drogue psychoactive illégale importée. Son principal exposant est la méthylène dioxyméthamphétamine. Il est largement répandu dans le monde. Il donne le sentiment de déborder d'énergie. Parfois, il provoque également des distorsions du champ visuel et des hallucinations. Ses effets durent trois à six heures après qu'on le prend », explique un psychiatre-addictologue travaillant au sein d'un centre de rééducation de la capitale.

Gros fournisseurs

« La prise d'ecstasy affecte les cellules nerveuses. Il faut faire bien attention car les dommages sont irréversibles. Cette drogue augmente la pression artérielle et la fréquence cardiaque. Les effets néfastes sont quasi-immédiats sur l'organisme et principalement sur le cerveau. Les risques sont importants surtout pour les mineurs», ajoute le même interlocuteur.

Pour mettre fin au pullulement de drogues dans la société qui est source de l'insécurité, la police continue de mener des sensibilisations. Elle parcourt les quartiers et les écoles pour exposer aux parents et élèves les dangers de la consommation de drogue.

« On commence les tâches par l'éducation et la sensibilisation citoyenne et puis on passe à la poursuite et à l'arrestation des trafiquants et leurs clients», a communiqué la police nationale. Cependant, les plus gros fournisseurs dealers nigériens et les millionnaires du cannabis ou de l'or vert malgaches opéreraient sans encombre.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X