Sénégal: Célébration de la journée de l'alimentation - Les acteurs méditent sur l'importance des systèmes de production durables

16 Octobre 2021

La Journée mondiale de l'Alimentation a été célébrée hier au Sénégal. En marge de cette cérémonie, les acteurs ont rappelé l'importance des systèmes de production durables et d'une synergie d'actions afin d'atteindre l'objectif « Faim zéro en 2030 ».

Le Sénégal a célébré, hier, la Journée mondiale de l'Alimentation sous le thème : « Agir pour l'avenir, améliorer la production, la nutrition, l'environnement et les conditions de vie ». Une thématique vue comme un appel renouvelé pour une transformation des systèmes agroalimentaires par le Coordinateur du Bureau sous-régional de l'Organisation mondiale pour l'alimentation et l'agriculture (Fao), Dr Gouantoueu Robert Guei. À l'en croire, cette prise de conscience permettra de garantir l'accès à des aliments suffisants, abordables, sûrs et nutritifs pour mener une vie active et saine, et ne laisser personne derrière. « La responsabilité individuelle de chacun d'entre nous est désormais engagée afin de rendre possible un développement économique durable et accessible à tous, tout en stabilisant le taux d'utilisation des ressources mondiales avec une adaptation et une atténuation aux effets des changements climatiques et un renforcement de la sécurité alimentaire après avoir été durement éprouvé par la pandémie de la Covid-19 », a souligné Dr Guei.

Le Ministre de l'Agriculture et de l'Équipement rural, Moussa Baldé, a présidé la cérémonie. À ses yeux, le thème proposé donne l'occasion de méditer sur l'importance des systèmes de production durables qui, dit-il, sont des moyens efficaces pour assurer une sécurité alimentaire également durable, levier incontournable pour s'attaquer à la pauvreté et à la malnutrition. « Cette problématique nous dicte à adopter une approche de synergie d'actions pluridisciplinaires, multisectorielles et multi acteurs pour surmonter la lancinante question de l'accès à une alimentation saine et nutritive, suffisante en quantité et en qualité, en particulier pour les groupes les plus vulnérables qui sont les plus gravement touchés par la pandémie de la Covid-19 et les chocs socioéconomiques qui en découlent », a-t-il proposé. À l'en croire, il convient, dès lors, d'encourager des pratiques agricoles durables, d'améliorer les moyens d'existence et les capacités productives des exploitations agricoles familiales, de permettre une égalité d'accès à la terre, aux technologies et aux marchés afin d'atteindre l'objectif « Faim zéro » à l'horizon 2030. « Cela signifie aussi la consolidation et l'élargissement du partenariat avec le secteur privé national et étranger pour assurer davantage d'investissements dans les infrastructures et technologies qui améliorent la productivité agricole », a estimé M. Baldé.

D'importants efforts de l'État dans ce sens

Le Ministre de l'Agriculture et de l'Équipement rural, a rappelé, en marge de cette cérémonie, les efforts consentis par l'État pour assurer la sécurité alimentaire. Il a cité, entre autres, la « bonne » mise en œuvre du Programme d'accélération de la cadence de l'agriculture sénégalaise (Pracas) qui, selon lui, a permis de maintenir la dynamique croissante de l'agriculture sénégalaise pour les filières prioritaires ciblées et les cultures de diversification. « Pour la précédente campagne agricole 2020/2021, l'effet combiné du programme agricole régulier avec les ressources financières exceptionnellement accordées par le Chef de l'État à hauteur de 60 milliards de FCfa, la bonne pluviométrie de la première décade du mois de juin jusqu'à la deuxième décade du mois d'octobre, les mesures spéciales du fait de la pandémie de la Covid-19, ont permis d'avoir des résultats globalement satisfaisants aussi bien pour la production que pour les superficies emblavées et les rendements obtenus », a précisé Moussa Baldé. Sans oublier le Plan d'actions prioritaires ajusté et accéléré (Pap 2a) qui consacre des ressources financières conséquentes à l'agriculture, à l'élevage, à la pêche et à l'environnement, pour un montant de 1195,2 milliards de FCfa, soit 9,9 % du coût de la stratégie.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X