Sénégal: Lycée Ndayane de Diourbel - 189 élèves sur 386 à exclure finalement réintégrés

16 Octobre 2021

La rentrée scolaire à Diourbel a été marquée, cette année, par la menace d'exclusion de 386 élèves au lycée d'enseignement général (Leg), communément appelé lycée Ndayane, pour insuffisance de résultats. L'Inspection d'académie, statuant sur le sujet, a finalement pris la décision de reprendre 189 élèves, en attendant de discuter avec les parents du sort réservé aux autres.

DIOURBEL- Certains parents d'élèves de la commune de Diourbel ne dorment plus les poings fermés suite à une proposition de renvoi de 386 élèves pour insuffisance de résultats faites par le Conseil pédagogique du lycée d'enseignement général (Leg) communément appelé lycée Ndayane. L'Inspecteur d'académie, Seydou Sy, interpellé, hier, a affirmé que les autorités académiques régionales, en collaboration avec la direction de l'établissement, ont statué sur la question. Au terme de leur rencontre, il a été décidé de reprendre 189 élèves sur les 386 qui ont fait l'objet d'exclusion. « Après échanges, nous avons tenu compte de certains aspects à savoir la situation sociale de la région, l'aspect genre pour éviter que de nombreuses filles ne se retrouvent dans la rue », a dit Seydou Sy. Pour le reste de la troupe, les autorités académiques vont poursuivre les discussions pour voir comment réaffecter ceux-ci dans d'autres écoles, en tenant compte de l'avis de leurs parents.

Très surpris par la décision prononcée par le Conseil pédagogique du lycée, les parents avaient entrepris des démarches pour trouver une solution avant la rentrée des classes. « Depuis que nous vivons à Diourbel, nous n'avons jamais entendu une seule école qui veut renvoyer d'un seul coup un nombre si important d'élèves », regrette le Président de l'Union départementale des parents d'élèves de Diourbel, Badara Ndiaye.

Concernant la rentrée des classes, l'Inspecteur d'académie de Diourbel, Seydou Sy, déplore le fait que les élèves se font encore désirer. « C'est un constat malheureux. J'ai dit aux parents d'élèves de communiquer largement parce que les prétextes qui sont servis par les élèves ne sont plus valables », a dit l'Inspecteur Sy.

La présence aux cours, précise-t-il, n'est pas subordonnée au paiement des droits d'inscription. D'ailleurs, ajoute Seydou Sy, « ordre est donné aux administrations des établissements d'être très flexibles sur la question du paiement des inscriptions. C'est pour cette raison qu'elle est échelonnée jusqu'en décembre ».

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X