Centrafrique: Enfin un cessez-le-feu !

Dans le but de promouvoir l'ouverture d'un prochain dialogue national et garantir la sécurité de la population centrafricaine, le chef de l'Etat, Faustin-Archange Touadéra, a résolu, le 15 octobre, de décréter un cessez-le-feu unilatéral immédiat dans son pays.

L'annonce du président de la République est intervenue après plusieurs accords de cessez-le-feu et de paix signés mais sans aucune solution pérenne. Elle permettra, selon le chef de l'Etat, de mettre fin aux opérations militaires ainsi qu'à toute action armée sur l'ensemble du territoire national.

L'engagement du gouvernement centrafricain de décréter ce cessez-le-feu a été pris lors de l'adoption de la feuille de route de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (Cirgl), tenue à Luanda. Un engament qui, selon les chefs d'Etat de la Cirgl, a pour objectif principal de donner une chance à ce pays en proie aux violences d'opter pour une paix durable.

« Notre engagement figure sur la feuille de route pour la paix, issue du dernier sommet de l'organisation sous-régionale. Les principaux leaders, plus précisément ceux du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique et de l'Unité pour la paix en Centrafrique, avaient respectivement pris cet engagement important de cesser toute action armée sur le territoire national », précise le président centrafricain, en rappelant que son pays connaît de longues périodes d'instabilité, notamment marquées par des guerres civiles et de multiples coups d'État sans oublier les violences et les situations politiques drastiques.

« Je viens vous annoncer ce soir la fin des opérations militaires et de toute action armée sur l'ensemble du territoire national. Ceci, à compter de ce jour, 15 octobre 2021. Cela, pour assurer la sécurité du peuple. Ce n'est pas une décision facile à prendre. Le cessez-le-feu que j'ai annoncé est la démonstration de ma ferme volonté de privilégier la voie du dialogue et non celle des armes, dans le règlement des conflits et de la crise qui secoue notre pays », a-t-il déclaré, avant de spécifier que sa décision n'empêche ni les forces de sécurité intérieure de maintenir l'ordre, ni l'armée de répondre en cas de légitime défense et ni la Minusca d'exercer son mandat. Car, ce cessez-le-feu est décrété pour des raisons humanitaires et de paix. D'autant plus que la Centrafrique est le théâtre d'une guerre civile depuis 2013. Ces combats ont considérablement baissé d'intensité depuis trois ans mais ont culminé entre 2014 et 2015, occasionnant ainsi des milliers de morts.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X