Congo-Brazzaville: Culpac - Des hommages à Marie-Antoinette Mobutu et sœur Emmanuelle

Le Conseil universel de la paix des nations et des continents (Culpac) a organisé, le 14 octobre, à la Cité de la paix, son siège dans la commune de Ngaliema à Kinshasa, une journée mémorable de la paix pour tous en hommage à deux dames exceptionnelles qui ont marqué l'histoire pour leurs services au profit des pauvres.

Marie-Antoinette Mobutu Gbiatibwa, feue épouse du feu président Mobutu, initiatrice de la Fondation Maman-Mobutu, et sœur Emmanuelle, née Madeleine Cinquin, une religieuse catholique franco-belge, enseignante et écrivaine surnommée la « petite sœur des chiffonniers » ou « petite sœur des pauvres », et naturalisée égyptienne à partir de 1991, se sont, chacune, distinguées par des actions sociales et humanitaires en faveur des pauvres. Leurs photos figurent désormais au panthéon du Culpac, affichées parmi d'autres personnalités actrices de la paix, comme Nelson Mandela, sœur Théresa de Calcutta, Martin Luther King, etc.

Dans son mot de circonstance, le directeur général du Culpac, Daniel Santu Biko, a souligné : « Aujourd'hui, c'est une journée souvenir, journée de reconnaissance, journée d'amour, journée d'espoir et de paix. Nous nous souvenons de l'apport charitable et de cœur de la sœur Emmanuelle auprès des pauvres, communément appelés chiffonniers, en Egypte, et de maman Marie-Antoinette Mobutu pour avoir mis en place des structures humanitaires et sociales importantes et favorables d'encadrement de la jeune fille, garçons et filles mères, des aveugles, des sourds, des handicapés, des vieillards, et ce, sans compter des innombrables assistances et interventions auprès des personnes défavorisées, sinistrées ou en détresse dans l'ensemble en République démocratique du Congo ».

Il a saisi l'occasion pour soutenir la Fondation Nyakeru de l'épouse du président de la République qui réhabilite les installations du Centre féminin Mama-Mobutu, dans la commune de Limété, à Kinshasa. Le 22 octobre 1995, a rappelé Daniel Santu Biko, le Culpac décernait déjà, à titre posthume, le trophée de la paix à Mama Mobutu, et en décembre 2004, à la sœur Emmanuel. Les deux dames ont quitté le monde des vivants, un 22 octobre pour l'une, et 8 octobre pour l'autre. Et le Culpac a choisi la date du 14 octobre, comme intermédiaire pour les immortaliser dans ses annales. Pour conclure, Daniel Santu Biko a exhorté l'assistance à faire toujours le bien, car un bienfait n'est jamais perdu, dit une maxime.

Au nom de la de la famille Maman Mobutu, Jean Claude Dufa Lando a livré un témoignage émouvant sur l'amour et les actions de Maman Marie-Antoinette Mobutu en faveur des personnes vulnérables. Il a émis le souhait de voir son œuvre perdurer, car aujourd'hui, il regrette les conditions actuelles des aveugles, par exemple, qui parcourent des rues à Kinshasa en quête d'assistance, eux qui étaient jadis encadrés par cette dame à travers ses structures.

Religieuse catholique de la congrégation des sœurs des pauvres de Bergame, Amelia Gurin a pour sa part mis en exergue l'amour de Maman Marie-Antoinette Mobutu et la sœur Emmanuelle envers les pauvres que la société moderne côtoie sans même les voir. Dans son allocution, le représentant de la ministre déléguée aux personnes vivant avec handicap, Irène Esambo, a encouragé le Culpac d'avoir organisé cette cérémonie d'immortalisation de Marie-Antoinette Mobutu et sœur Emmanuelle.

Prenant la parole pour conclure cette journée mémorable, le directeur général du Culpac, Daniel Santu, a vivement remercié le deuxième vice-président du Sénat, Sanguma ; la questeur de la chambre haute du Parlement et servante de l'humanité du Culpac, Carole Agito ; la vice-première ministre chargée de l'Environnement, Eve Bazaiba, et la ministre déléguée aux personnes vivant avec handicap, Irène Esambo. On a aussi noté la présence à cette cérémonie de Suzanne Tambi Tangolo, veuve du feu ambassadeur Ngongo Kamanda, et de Malicka Mukubu, présidente de l'ASBL Congo Vision.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X