Sénégal: Une «nuit des étoiles» en présence de scientifiques de la NASA

La tête dans la Lune, des dizaines de Dakarois se sont retrouvés, samedi 16 octobre au soir, sur la place du Souvenir pour participer à « la nuit des étoiles », une opération de vulgarisation de l'astronomie mais surtout d'une mission exceptionnelle de la NASA au Sénégal qui a observé la trajectoire d'un astéroïde avec une équipe internationale et dix télescopes venus dans ce pays pour l'occasion.

Des dizaines de participants - adultes et enfants - ont fait la queue pour contempler la Lune et des planètes comme Vénus ou Jupiter à travers les trois télescopes installés sur la place du Souvenir, à Dakar. Mamadou Diallo, 15 ans, est venu spécialement avec son père: « J'ai vu la Lune. C'était fantastique parce que voir la Lune d'aussi près, cela m'intéresse beaucoup car je veux devenir astronaute, aller dans l'espace, découvrir tout ce qui se passe là-bas. »

Occultation stellaire

Cet événement pédagogique fait suite à une mission pour le compte de la NASA au Sénégal, concernant une occultation stellaire à savoir le moment où un astéroïde passe entre une étoile et notre planète, comme l'explique Maram Kaïré, président de l'association sénégalaise pour la promotion de l'astronomie: « Il fallait faire cette campagne d'occultation pour avoir plus d'informations sur sa taille, sa forme ainsi que sa trajectoire et pour pouvoir s'en approcher au plus près. Cela permet d'avoir des informations sur des astéroïdes qui, au final, sont les cibles pour les sondes que la NASA envoie dans l'espace ».

Astrophysiciens belges, français, burkinabè

Cette mission comptait des scientifiques américains de la NASA mais aussi des astrophysiciens belges, français et burkinabè, souligne David Baratoux, planétologue: « Ces missions d'occultation que l'on fait au Sénégal ont la particularité de contribuer à l'émergence de l'astronomie en Afrique de l'Ouest. On a eu en 2018 des phases importantes d'entraînement. Aujourd'hui, la NASA confie au Sénégal une campagne d'occultation. Cela veut dire que les équipes sénégalaises montent en puissance ».

Créer des vocations, c'est aussi l'un des objectifs de tous les scientifiques venus partager leur passion.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X