Cameroun: « Il y a une sorte de lissage de l'électorat »

interview

Pr. Laurent Charles Boyomo Assala, professeur des universités, chercheur en communication et sociologie politique.

Paul Biya a été réélu avec 71,28% des voix. Comment comprendre qu'au fil des années, le président élu consolide son leadership ?

Il faut remonter à l'histoire et évoquer la sociologie électorale spécifique de notre pays. Du point de vue historique, on a une sorte d'élection dont le modèle se lit comme les bosses d'un chameau. En 1992, il y avait six candidats à l'élection présidentielle et le président Paul Biya a eu 40% des suffrages. En 1997, avec sept candidats, il a eu 92,57% des suffrages.

En 2004, 70,92% des voix et en 2011, 77,99%. En 2018, il est à 71,28%. La tendance la plus lourde est une sorte de hausse et de baisse, ces fluctuations dépendant du contexte historique, politique, économique et social du pays, ainsi que l'évolution de l'électorat. Cela traduit une sorte de lissage de l'électorat. Il est assez stable, en dehors de 1992 (40%) et de 1997 (92%).

Il y a une sorte de stabilisation de son électorat qui correspond à la stabilité du corps électoral. En dehors de 2011 où on a enregistré environ 4,951 millions électeurs, les chiffres des électeurs globaux oscillent entre 3 et 3,5 millions. Dès lors, on peut difficilement parler d'un changement radical, mais d'une évolution constante, de stabilité qui traduit les dynamiques sociales et politiques de notre pays. Autre élément, le nombre de candidats à l'élection présidentielle. On est passé de 6 (1992) à 7 (1997), puis 16 (2004), 23 (2011) et 9 (2018). Ce scrutin a aussi révélé l'émergence de nouvelles forces politiques.

Qu'est-ce qui peut expliquer cette nouvelle donne ?

L'érosion d'un parti comme le Social Democratic Front (SDF) correspond à une conjoncture particulière. Son terreau politique a été balayé par la situation qui y prévaut et l'insuffisante politisation des personnes qui se sont réclamées de cette rupture. Il y a là une faillite de la culture politique de ces personnes parce que lorsque vous amenez quelqu'un, vous le faites entrer dans les règles institutionnelles. Plus il se politise, moins il devient violent physiquement. Il y a un report de la violence physique vers la violence symbo lique et verbale.

La grande politisation des Camerounais se traduit par une violence verbale paroxystique, mais en même temps, par un essoufflement de la violence physique en dehors de la conjoncture dans le Nord-Ouest, le Sud-Ouest et les régions septentrionales. La politisation globale de la société va avoir comme conséquence l'irruption dans le champ politique de figures nouvelles. A titre personnel, je ne parlerai pas de forces politiques, mais de figures. Représentent-elles une force ? On le verra lors des échéances à venir (législatives, municipales). Il n'y a pas une relation de translation immédiate entre les forces et les nouvelles figures qui, à mon sens, incarnent une volonté de changement, mais moins un courant politique perceptible.

La participation est évaluée à environ 3 millions de votants pour plus de 6,5 millions d'inscrits. Comment comprendre ce taux relativement faible ?

Je dirais le contraire. Le contexte aujourd'hui est tel qu'on se serait attendu à moins. Il y a des menaces de velléités sécessionnistes et insurrectionnelles dans les points névralgiques du Cameroun. Ceci crée une insécurité poli tique, économique et sociale. Ces trois phénomènes feront que l'électeur ordinaire, qui est un électeur utilitariste qui calcule ses coûts et ses bénéfices dans l'acte électoral, ne voit aucun intérêt à aller risquer sa vie dans quelque chose qui paraît n'obéir qu'à un moment de sa vie. Il peut être important pour l'homme politique, voire fondamental et fondateur. Sauf que l'électeur sollicité une fois tous les 5 ou 7 ans pour mettre son bulletin dans l'urne, ne verra pas l'intérêt immédiat à aller voter, alors que ses problèmes immédiats ne sont pas résolus.

Pourtant, il semble y avoir un regain d'intérêt de la chose politique par les jeunes. Avezvous l'impression qu'il y aura un changement au lendemain de cette élection ?

Nous sommes dans des pays où le changement est bien souvent impulsé par le haut. Mais ce mode de changement a beaucoup évolué ces dernières années. Dans de nombreux pays, les coups d'Etat se sont expliqués parce que le changement social semblait venir du haut de la corbeille. Il y a de plus en plus une revanche de la société sur l'Etat, de l'homme ordinaire sur l'homme d'Etat. Il y a de nouveaux modes de reven dication portés par les réseaux sociaux et Internet. Mais ils ne sont pas sans conséquence sur le comportement de l'électorat et des jeunes et traduisent l'émergence une autre façon de faire la politique.

Il est hygiénique que l'on se souvienne que nous ne pouvons pas échapper à cette dynamique et que les jeunes aujourd'hui ont besoin, pour ne pas rentrer dans une sorte de maquis en matière de guidage, de paradigmes, de modèles. On érige des modèles sociaux qui correspondent à ces modes d'appréhension de la culture politique. Mais, il y a un déficit de nouveaux modèles. Aujourd'hui, ils ont été dévoyés par le jeu politique contemporain plein d'appétences. Le modèle offre une alimentation alors qu'autrefois, il proposait une idée, une idéologie, un modèle, un mode de changement. Aujourd'hui, l'utilitarisme est devenu un modèle indépassable.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X