Sénégal: Gamou 2021 - Le dispositif sanitaire en place dans quatre foyers religieux de Thiès

Thiès — Tout le dispositif sanitaire est au point dans les foyers religieux de Thiénaba, Ndiassane, Keur Mame Elhadji et Keur Khadim Lô Gaydel, où une délégation du ministère de la Santé et de l'Action sociale s'est rendue pour vérifier le niveau de préparation du gamou, l'évènement célébrant la naissance du Prophète Mohamed (PSL), a appris l'APS.

"Partout, nous avons constaté que tout est mis en place, en termes de médicaments, moustiquaires, de (stérilisation) des espaces et les responsables religieux ont fait part de leur satisfaction", a dit Bara Diakhaté, attaché de cabinet du ministre de la Santé, qui conduisait la délégation.

"Cela nous réconforte que nous allons passer un bon gamou et qu'après ce gamou, cette baisse (des cas de covid-19), se poursuivra", a dit M. Diakhaté, au terme de leur périple.

Il était en compagnie, notamment de Moustapha Fall, conseiller technique du ministre de la Santé et de l'Action sociale, du médecin-chef de région de Thiès, Mame Moussa Diaw et de Bineta Guèye, responsable régional du Service national de l'éducation et de l'information pour la santé (SNEIPS).

La délégation avait dans ses bagages, un lot de médicaments, de matériel et produits de protection sanitaire, dont des masques, du gel hydro-alcoolique, du savon et autres détergents. Des bassines, seaux, lavoirs et nattes de prière faisaient partie du lot.

"Toutes les dispositions sont prises pour éviter la prolifération des microbes", a dit Bara Diakhaté, soulignant que son département n'a "pas lésiné sur les moyens pour accompagner les familles religieuses".

A Ndiassane, il a rassuré les autorités religieuses que l'appareil échographique qu'elles avaient demandée l'année dernière, sera disponible dans quelques jours.

La mise à disposition de cet équipement médical a été retardée, a-t-il expliqué, par la pandémie, qui avait rendu prioritaire l'équipement des grands hôpitaux du pays.

Pour ce qui est du recrutement de personnel sanitaire qui avait été demandé, il a indiqué que le ministre a donné des instructions au directeur des ressources humaines, disant espérer que cette question sera réglée d'ici la fin de l'année.

A Ndiassane, le porte-parole du khalife, Pape Abdourahmane Kounta a salué le geste du ministère de la Santé, notamment les équipements de protection, parmi lesquels un lot de 300.000 masques qui leur a été remis.

ll a réitéré sa demande d'un appareil échographique pour le poste de santé, tout en disant espérer que le recrutement du personnel restant sera complété.

Kounta a plaidé pour que Ndiassane soit doté d'un centre de santé, le poste de santé de la cité religieuse ne pouvant plus supporter la demande des plus de 20 villages environnants qui viennent s'y soigner, auxquels s'ajoutent les fidèles qui s'y rendent lors des évènements religieux que sont les gamou et les "ziars'.

"Ce qui peut aider le khalife et soulager la population, c'est un centre de santé", a poursuivi le porte-parole du khalife pour qui, en raison de sa position de "carrefour" et lieu de convergence de diverses nationalités de la sous-région, Ndiassane mérite même un hôpital.

Il a profité de l'occasion pour formuler des prières pour des élections apaisées, tout en invitant les acteurs politiques à un discours de paix et à de "meilleurs comportements".

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X