Congo-Kinshasa: 30 mois d'arriérés et décomptes finals - Les agents de la BIAC réclament leur droit et interpellent Félix Tshisekedi

Durant trois jours, soit du mercredi 13 jusqu'au vendredi 15 octobre 2021, les agents de la Banque Internationale pour l'Africaine au Congo, BIAC en sigle, étaient en sit-in devant la direction générale de cette banque, dans la commune de la Gombe.

Sur place, une centaine d'agents était munie de sifflets et calicots où ils ont pu écrire quelques messages de revendication.

Réunis en ce lieu pendant trois jours, ces gens disent être abandonnés par les autorités du pays, plus particulièrement, le Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et demande à ce qu'il puisse intervenir dans cette affaire afin qu'ils puissent retrouver gain de cause. «Nous demandons au Président de la République et Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo d'intervenir pour que notre situation trouve une solution définitive. Nous n'avons pas pu organiser la rentrée scolaire de nos enfants et en plus de cela, nous avons trente mois d'arriérés de salaire», a déclaré le porte-parole de ces agents.

Par la suite, ils ont souligné que depuis la liquidation de la BIAC, rien n'est fait dans le sens de leur venir en aide. Ils réclament 30 mois d'arriérés et leurs décomptes finals qui reviennent de droit. Ces agents de la BIAC attendent juste de rentrer dans leur droit. «Nous réclamons nos droits et le Président de la République qui est le garant de la nation, qui est l'initiateur de sa vision le "peuple d'abord", puisse intervenir pour nous son peuple», a poursuivi le porte-parole avant de faire également appelle à l'intervention de la première Dame qui, selon eux, en tant que femme et mère, comprendrait mieux ce qui leur arrive.

«Ensuite, nous profitons de cette opportunité pour demander à la première dame, Denise Nyakeru Tshisekedi qui est une Maman, d'intervenir en notre faveur pour que nous puissions trouver une solution définitive», a-t-il chuté.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X