Seychelles: Les Seychelles se lancent dans une nouvelle industrie, l'aquaculture.

Les investisseurs privés seychellois et étrangers intéressés par l'aquaculture aux Seychelles peuvent désormais demander une licence après le lancement officiel de cette méthode d'élevage samedi dernier.

Coïncidant avec la journée mondiale de l'alimentation, le secteur a été lancé à l'hôtel Eden Bleu.

Un nouveau site web www.seychellesaquaculture.com explique comment obtenir un permis.

Le chef du département d'aquaculture de l'Autorité des pêches des Seychelles (SFA), Aubrey Lesperance, a déclaré que des discussions informelles ont eu lieu avec des investisseurs potentiels.

"Nous ne pouvions pas recevoir les demandes avant le lancement officiel, mais c'est maintenant possible, et nous invitons les investisseurs privés à se rendre sur notre site web pour obtenir plus d'informations sur les types de permis qu'ils souhaitent, ainsi que les procédures à effectuer auprès du Bureau d'Investissement des Seychelles ", a-t-il déclaré.

Le ministre de la pêche et de l'économie bleue, Jean-Francois Ferrari, a décrit le lancement comme un voyage passionnant montrant que les Seychelles sont prêtes à s'engager dans une nouvelle étape de leur développement.

M. Ferrari a déclaré que l'aquaculture était l'une des industries mondiales à la croissance la plus rapide, et qu'elle fournit actuellement 51 % de tout le poisson consommé dans le monde.

"Nos océans ne peuvent pas répondre à cette demande et l'aquaculture est le seul moyen d'y répondre. De cette façon, l'aquaculture soutient les pêcheries dans le monde", a-t-il ajouté.

Selon la SFA, une douzaine d'investisseurs locaux ont exprimé leur intérêt pour ce secteur et certains d'entre eux étaient présents à la cérémonie de samedi.

Un homme d'affaires, Gonzague Dailoo, qui pratique l'élevage de crabes depuis 25 ans, espère que les Seychelles adopteront une approche plus organique de l'aquaculture.

"Dix ans après le début de cette activité, j'ai remarqué que le nombre de crabes du marais diminuait, c'est donc à ce moment-là que j'ai décidé de me concentrer sur l'élevage de crabes. Je suis heureux que cette activité soit désormais ouverte à d'autres entreprises potentielles aux Seychelles afin de soulager la pression sur certaines espèces marines. C'est une bonne initiative et mieux vaut tard que jamais", a déclaré M. Dailoo.

M. Lesperance a déclaré que la route pour développer le secteur de l'aquaculture aux Seychelles a été longue, mais que chaque minute comptait.

Un plan directeur de mariculture pour les Seychelles a commencé en 2007 et le gouvernement a pris la décision de développer le plan en 2011 dans le cadre de son plan de diversification de l'économie de l'archipel dans l'Océan Indien occidental. Le plan doit permettre de réduire la pression sur le secteur de la pêche, deuxième contributeur à l'économie des Seychelles après le tourisme.

L'ouverture d'une installation de stocks de géniteurs, au port de pêche de Providence en 2019 a marqué l'ouverture de l'industrie dans la nation insulaire.

Lesperance a déclaré que la décision du gouvernement d'adhérer à une approche écosystémique du développement de l'aquaculture n'a pas été prise à la légère et que les investisseurs devraient en prendre note lorsqu'ils postulent.

Il a ajouté que les principales priorités pour les cinq prochaines années seront pour la SFA, en tant qu'autorité de régulation, de stimuler les investissements dans l'aquaculture durable aux Seychelles.

Outre les investisseurs locaux, la SFA a également entamé des discussions avec des pays qui ont manifesté leur intérêt, notamment l'Afrique du Sud, le Royaume-Uni, Israël, l'Australie et la France.

Dans cette optique, l'équipe de la SFA se rendra à Dubaï vendredi prochain pour l'exposition Dubaï 2020, où elle prévoit d'organiser diverses présentations pour attirer les investisseurs étrangers.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X