Cameroun: Semaine internationale de l'investisseur Cemac - La Bourse en opération de charme

La structure gérant le marché financier sous-régional a organisé une journée porte ouverte vendredi à son siège à Douala.

Inculquer la culture de la Bourse dans la sous-région. C'était l'objectif de la journée porte ouverte organisée par la Bourse des valeurs mobilières de l'Afrique centrale (Bvmac) à son siège à Douala, ce 15 octobre 2021. Cette journée d'échanges et d'informations venait ainsi clôturer la Semaine internationale de l'investisseur de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac), ouverte le 12 octobre dernier.

Une semaine où il aura notamment été question d'éducation boursière. C'est dans ce sens que les sociétés de bourse réunies en association ont édifié les Pme, le Bureau de mise à niveau des entreprises (Bmn) et un public varié d'organismes techniques, d'enseignants et autres, sur l'intérêt qu'il y a à faire partie de la Bvmac. Un marché financier sous-régional qui aurait besoin d'être encore plus dynamisé après la fusion des Bourses de Douala et Libreville en 2019.

Parmi ces avantages, on peut citer, dans la voie du financement boursier, un accès plus large au crédit. En effet, une entreprise inscrite en bourse doit notamment faire preuve de transparence, ce qui renforce sa crédibilité auprès des investisseurs et lui permettra de mieux se développer. Face aux sociétés de bourse, les participants ont justifié leurs réticences par ce qu'ils estiment être un manque d'accessibilité à la bourse, dont les critères d'entrée sont « restrictifs et élitistes », dixit Alain Manga, directeur du Centre technique agro-alimentaire. Sentiment partagé par Jean-Alain Fotso, patron d'une entreprise de Btp, pour qui ce qui est visé par le marché financier, c'est la possibilité de capter l'épargne, importante dans les banques, plutôt que de s'ouvrir réellement aux Pme.

Devant ces préoccupations, Jean-Claude Ngbwa, directeur général de la Bvmac, a assuré ses interlocuteurs de la flexibilité des conditions d'entrée en bourse. Prenant l'exemple des 20% fixés pour pouvoir être coté, il explique : « On va pouvoir admettre même à 10%, sauf qu'à terme, au bout de deux ans par exemple, il faudra s'ajuster. » Il a encouragé les entreprises à se rapprocher des sociétés de bourse, avec un impératif qui, lui, est non négociable : la transparence.

Cette démarche de la Bvmac de vouloir grossir ses rangs, selon Dieudonné Evou Mekou, vice-gouverneur de la Banque des Etats de l'Afrique centrale, s'inscrit dans la logique d'un environnement économique qui a grand besoin de financements pour son développement.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X