Maroc: Criminalisation de la migration - Grosse aberration

Les détentions qualifiées abusivement d'hébergement ou d'installation ... entre autres euphémismes déplacés

"La criminalisation de la migration continue sa tendance haussière. Elle est davantage visible dans le recours de plus en plus fréquent à la détention des migrants dans plusieurs régions du monde, dans des conditions déplorables, parfois littéralement «mis au ban» de la société en étant enfermés dans des régions retirées, telles que des déserts, des zones frontalières, voire des îles au large des côtes, hors de portée d'un monitoring et d'un contrôle réguliers.

Une tendance qui n'épargne ni les enfants ni les familles », c'est ce qui ressort d'une récente note du Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille sur les droits des migrants à la liberté, à la protection contre la détention arbitraire et leur lien avec les autres droits de l'Homme. Ce Comité a indiqué qu'il est profondément préoccupé par la hausse de cette tendance et ne cache pas son inquiétude. Mais que veut dire détention des migrants ?

Définition de la privation de liberté

La note explique que les migrants et les membres de leur famille peuvent être confrontés à différentes atteintes à leur droit à la liberté et à la sécurité, dont l'une est la privation de liberté pour avoir enfreint les lois sur l'immigration dans l'Etat de transit ou de destination ou à des fins telles que le filtrage, l'identification, l'enregistrement, l'accueil, les procédures d'immigration, l'exécution d'une décision de retour, la protection et la prise en charge alternative des enfants, etc.

Les informations recueillies par le Comité indiquent qu'au niveau mondial, les Etats ont adopté une terminologie différente pour réglementer la détention des immigrants dans les lois administratives et pénales. Le Comité note avec préoccupation que dans différentes régions du monde, les pays utilisent des termes différents pour désigner la privation de liberté pour des raisons d'immigration ou la détention d'immigrants, tels que «dépôt et hébergement», «traitement», «réception», «rétention» et «placement».

L'expression «détention» est rarement utilisée, et son changement de nom vise généralement à éviter que ces mesures ne fassent l'objet d'un examen minutieux, ce qui permet d'éviter les garanties procédurales qui devraient être appliquées avant et pendant toute privation de liberté.

Besoin de clarification des notions

Le Comité estime donc nécessaire de clarifier la notion de privation de liberté. L'article 4 du Protocole facultatif à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants définit la privation de liberté comme toute forme de détention ou d'emprisonnement ou le placement d'une personne dans un établissement public ou privé de détention dont elle n'est pas autorisée à sortir à son gré sur ordre d'une autorité judiciaire, administrative ou autre. Cette privation de liberté commence au moment de l'arrestation et se prolonge jusqu'à la libération de la personne.

Indépendamment de la manière dont cette mesure est définie dans la politique, la législation ou la pratique nationale ou des raisons qui la motivent, si la mesure entraîne une privation de liberté dans laquelle les migrants ou leur famille ne peuvent pas sortir à leur gré, le Comité considère que cette mesure est une forme de détention à laquelle s'appliquent les articles 16 et 17 de la Convention.

En outre, le Comité considère que la détention pour des «raisons liées au statut migratoire» ou «détention aux fins d'immigration» désigne toute situation dans laquelle une personne est privée de liberté pour des raisons liées à son statut migratoire, indépendamment du nom ou de la raison invoquée pour justifier la privation de liberté, ou du nom de l'établissement ou du lieu où la personne est détenue pendant sa privation de liberté.

Par conséquent, la détention en matière d'immigration comprend, au minimum, la détention des migrants dans les prisons, les postes de police, les centres de détention en matière d'immigration, les installations d'accueil fermées, les installations de soins de santé et tout autre espace clos, comme les zones internationales ou de transit dans les ports aériens, terrestres et maritimes. Par «raisons liées au statut migratoire», le Comité entend le statut migratoire ou de résidence d'une personne, ou l'absence de statut, qu'il s'agisse d'entrée, de séjour ou de sortie irréguliers.

Le Comité note que les motifs de privation de liberté des travailleurs migrants et de leur famille sont divers, et que le type de privation de liberté imposé aux migrants dépend de ces motifs. On peut citer, à titre d'exemple, la détention pénale dans les prisons, la détention aux fins de l'immigration, le placement involontaire en institution et le confinement dans les zones d'accès restreint des ports aériens, terrestres et maritimes. Toutefois, aux fins de la présente observation générale, les motifs pertinents de privation de liberté sont uniquement ceux liés à une situation d'immigration, et ce, que la détention résulte ou non de l'entrée ou du séjour irrégulier du migrant dans l'Etat de destination, de transit ou de retour.

Un phénomène qui n'a rien de nouveau

La détention des immigrants n'est pas un phénomène récent ; depuis les années 90, son utilisation s'est considérablement accrue. Elle est devenue dans de nombreux cas un mécanisme d'emprisonnement arbitraire massif de migrants et de leurs familles. Au cours des dernières décennies, le Comité a constaté avec inquiétude l'implication et l'influence croissantes des sociétés pénitentiaires privées dans l'application des lois sur l'immigration, parallèlement à l'expansion du système de détention des immigrants.

La détention d'immigrants est devenue une industrie, rapportant des profits annuels considérables aux entrepreneurs de prisons privées et, dans certains cas, aux Etats. Les profits sont tirés de la détention de migrants et des demandeurs d'asile, y compris ceux qui attendent une décision sur leur demande ainsi que les migrants en cours d'expulsion. Le Comité note avec une extrême préoccupation que la détention d'immigrants touche de manière disproportionnée les migrants en situation de pauvreté ainsi que les personnes de couleur, qui ont en même temps les plus grandes difficultés à se défendre ou à obtenir une assistance juridique dans les procédures d'immigration, d'asile ou de protection internationale.

Privatisation des détentions

Le Comité note que certains Etats ont recours à du personnel privé ou à des sociétés de sécurité privées pour garder les travailleurs migrants et les membres de leurs familles qui sont privés de leur liberté. Le Comité rappelle que les Etats ont un devoir accru de diligence envers les personnes privées de liberté et qu'ils doivent agir avec la diligence voulue pour éviter les atteintes à leur intégrité personnelle.

Il convient avec le Groupe de travail sur la détention arbitraire et le Groupe de travail sur les mercenaires que si un Etat soustraite la gestion, la sûreté ou la sécurité des centres de détention d'immigrants à des entreprises privées, il reste responsable de la manière et des conditions dans lesquelles les sous-traitants maintiennent les individus en détention. Comme l'Etat a l'obligation de prendre soin des détenus, il a l'obligation de prévenir activement les actes de torture et les mauvais traitements de la part de ses agents et d'agir avec la diligence requise pour prévenir les abus de la part des agents privés en particulier.

Détention et ses effets sur la santé et l'intégrité morale des migrants

La détention aggrave les conditions de santé existantes et en provoque de nouvelles, notamment l'apparition d'anxiété, de dépression, d'exclusion et de troubles de stress post-traumatique, d'idées suicidaires, aggravant leur état de vulnérabilité et, dans certains cas, de suicide. Ces effets négatifs sont le résultat de divers facteurs, notamment la durée indéterminée de la détention, l'arbitraire et l'incertitude qui l'entourent, la séparation des familles, la surpopulation, le manque d'accès à la nourriture, à l'eau potable et aux soins médicaux, les abus physiques et psychologiques délibérés commis par des agents de l'Etat, des gardes privés ou d'autres détenus, la détention prolongée en isolement, et le manque d'accès à la nationalité ou de jouissance des droits liés à la nationalité.

Ces abus comprennent la torture, les peines et traitements cruels, inhumains et dégradants, les violences sexuelles, les disparitions, l'extorsion et la traite des êtres humains à des fins d'exploitation, y compris, au minimum, l'exploitation de la prostitution ou d'autres formes d'exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l'esclavage ou les pratiques analogues à l'esclavage ou à la servitude, ou le prélèvement d'organes.

Ces facteurs ont été aggravés dans le contexte de la pandémie de coronavirus (Covid19), qui a posé des défis sans précédent aux Etats, aux migrants et aux membres de leurs familles. Le Comité est préoccupé par le fait que, dans le contexte de la détention des immigrants, un grand nombre de centres où sont détenus les migrants, les demandeurs d'asile, les réfugiés et les apatrides ne répondent pas aux exigences sanitaires minimales. Les personnes sont détenues dans des conditions de surpopulation et insalubres, avec un accès limité ou inexistant aux services de santé.

Principe de non-criminalisation de la migration

Pour le Comité, l'entrée, le séjour ou la sortie irréguliers peuvent constituer tout au plus des infractions administratives et ne devraient jamais être considérés comme des infractions pénales car ils ne portent pas atteinte aux valeurs fondamentales protégées par la loi et ne constituent pas en soi des crimes contre les personnes, les biens ou la sécurité nationale.

En conséquence, les migrants ne devraient jamais être classés ou traités comme des criminels en raison de leur statut de migrant irrégulier. Le Comité s'oppose au traitement de la migration par les Etats qui la présentent comme une menace pour les communautés locales et à l'adoption conséquente de lois, de politiques ou de pratiques nationales qui désignent les migrants comme des personnes «dangereuses» ou «nuisibles», voire des «criminels».

De telles pratiques ne font qu'aggraver la vulnérabilité des migrants et les rendent plus susceptibles d'être victimes de discrimination, de xénophobie, de violence, de traite et d'autres violations des droits de l'Homme. Le Comité note avec préoccupation que l'une des conséquences de la criminalisation des migrations est l'association croissante, tant dans les documents juridiques que dans l'opinion publique, des migrants en situation irrégulière à des criminels.

La manifestation la plus évidente de ce traitement est la réglementation de la migration dans le cadre du droit pénal et la criminalisation conséquente de l'entrée ou du séjour irrégulier des travailleurs migrants et de leur famille. L'irrégularité migratoire n'est pas le résultat d'une décision du migrant, mais de politiques restrictives de l'Etat qui empêchent l'exercice du droit à la liberté de mouvement.

La criminalisation de l'entrée irrégulière dans un pays dépasse l'intérêt légitime des Etats à contrôler et à réguler la migration irrégulière et conduit à une détention inutile. Les Etats devraient s'abstenir d'utiliser les forces armées ou toute autre force de sécurité similaire pour détenir les migrants comme moyen de mettre en œuvre une politique d'immigration.

D'autres exemples de sanction de la migration comprennent l'encouragement des populations locales à informer les autorités sur le statut migratoire des travailleurs migrants et de leurs familles ou l'obligation imposée aux prestataires de services et autres personnes concernées de fournir des informations et d'échanger des données lorsque les travailleurs migrants et leurs familles se rendent dans des écoles, des centres de santé ou des lieux de travail.

De telles obligations produisent le même effet négatif et souvent disproportionné sur les droits de l'Homme des migrants en situation irrégulière que la criminalisation directe de la migration. Le Comité note que l'utilisation indiscriminée de la détention des immigrants comme mécanisme de dissuasion de la migration ou de lutte contre la migration irrégulière est inefficace pour atteindre ces objectifs. Elle est économiquement plus onéreuse que la voie de la migration régulière et viole de multiples droits des migrants.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X