Madagascar: Infrastructures routières - Une entreprise de construction de la RN44 sur la sellette

Des contrôles stricts sur les chantiers. L'entreprise chargée de la construction de la route nationale 44, entre Amboasary et Vohidiala, a quarante-cinq jours pour installer de nouveaux engins et augmenter sa main-d'œuvre sur le chantier.

Le ministre des Travaux publics, Jerry Hatrefindrazana, n'approuve pas le retard des travaux de construction de cette portion de la route reliant Moramanga à Ambatondrazaka et prévient que des sanctions seront appliquées.

« Si dans quarante-cinq jours, ces engins et ces main d'œuvre n'étaient pas là, nous allons voir comment rompre le contrat avec l'entreprise et travailler avec une entreprise qui pourra effectuer les travaux dans le délai indiqué. Ou nous allons modifier le contrat, en réduisant les travaux que cette entreprise réalisera et donner l'offre à une autre entreprise », avertit le ministre. C'était sur la RN44, le weekend dernier, lors du contrôle de l'avancement des travaux de construction de la RN44.

Cette entreprise a pour obligation d'installer des concassages et des engins de terrassement. Elle a, également, pour mission de protéger les zones de terrassement pendant la saison de pluie, pour que la route reste accessible aux usagers. Et avec l'augmentation de main-d'œuvre, les constructions des dalots, des ponts soient accélérées.

La réfection du lot deux de la RN44, mesurant 73 kilomètres, a pris un retard de sept mois, selon une source. Jerry Hatrefindrazana est ferme. Les travaux doivent être livrés en 2023, comme l'a promis le chef de l'État.

Le ministre des Travaux publics surveille de près l'avancement de tous les chantiers et multiplie ses descentes sur le terrain, pour le contrôle. Il est strict par rapport au respect du « deadline », et de la qualité des travaux. Il n'hésite pas à émettre des sanctions, à l'endroit des entreprises qui ne respectent pas la teneur du contrat.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X