Ile Maurice: Crime de Grand-Bois - La cavale inexplicable de Jeetendra Dussoye

Plusieurs unités ont été appelées à effectuer des battues depuis le meurtre de Jyoti Dussoye afin de mettre la main sur Jeetendra, son époux. Mais jusqu'ici, personne n'a pu appréhender le suspect, qui se terre toujours dans la nature, selon certains renseignements. Ceux con- cernés par les recherches parlent d'une enquête qui va dans tous les sens.

En visionnant les images des caméras de Safe City installées dans plusieurs régions, les enquêteurs l'avaient vu marchant vers Savanne et il avait, par la suite, été aperçu, quelques jours après le meurtre, achetant à manger dans la région de GrandBassin. Les recherches se sont alors concentrées sur cette partie du pays pendant plusieurs jours. Le drone et l'équipe de l'Helicopter Squadron ont aussi été sollicités par les enquêteurs pour survoler les terrains en friche.

Depuis le 2 août, les hommes de la Criminal Investigation Division de Grand-Bois, de Rose-Belle, de Rivière-des-Anguilles, ainsi que les hommes de la Field Intelligence Unit du Sud, tentent de mettre la main sur l'homme devenu le suspect le plus recherché du pays. Sauf qu'ils sont plu- sieurs à se plaindre de la désorganisation dans l'enquête. «Nous sommes appelés à faire des recherches quelque part, par exemple, dans les chasses. À notre retour, nous apprenons qu'une autre équipe s'est rendue au même endroit. Il n'y a pas de concertation entre les équipes. Nou pe travay kouma dir kisannla pou gagn li an premié. Linn vinn kouma enn konkour», explique un des enquêteurs. En ce moment, ils sont appelés à se rendre dans les champs et les chasses, et ce, aux aurores.

Ce que déplorent certains enquêteurs, c'est le manque de concertation et d'esprit d'équipe. Ils se demandent pourquoi les diverses équipes concernées ne se consultent pas avant de démarrer leurs recherches quotidiennes. Nou but sé rétrouv sispe-la, me nou pé travay koumadir nou an konpétision. Li pa normal ki nou koumsa alor ki nou bizin enn sel lékip» souligne un autre policier. D'autres expliquent que c'est à cause du manque d'organisation que le suspect arrive jusqu'à présent à se cacher. «Pa kapav depuis pres deux mois pankor met la main lor li». Ils soupçonnent que le suspect est aidé par un ami, qui connaîtrait bien les régions boisées.

C'est le 16 septembre dernier que la police a lancé un avis de recherche pour retrouver Jeetendra Dussoye, rappelant au passage qu'abriter une personne recherchée par la loi constitue un délit sous l'article 172 du Code pénal et que si on est trouvé coupable de ce délit, on risque la prison.

Le corps de Jyoti Dussoye, rappelons-le, a été retrouvé le lundi le 23 août, par sa fille, à leur domicile à Grand-Bois. La victime gisait inerte dans son lit et saignait du nez lorsque l'adolescente de 13 ans l'a découverte. Elle a aussitôt alerté ses oncles, qui habitent la même cour. Le motif du drame serait une énième dispute entre le couple qui aurait viré au drame. Jeetendra Dussoye soupçonnait son épouse d'entretenir des relations extraconjugales.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X