Ile Maurice: Wakashio - Le démantèlement de l'épave stoppé

Du rivage de Pointe-d'Esny, on voit toujours ce qu'il reste de l'épave du Wakashio. On aperçoit également une barge et un bateau-pilote qui sont en «stand-by» pas trop loin de l'épave. Ils ne bougent plus depuis plusieurs jours et semblent attendre des instructions.

En fait, depuis quelque temps, les opérations de Lianyungang Dali Underwater Engineering Co Ltd et Hong Kong Lidada Ocean Engineering Co Ltd, mobilisés par le Japan P&I Club pour découper le reste de l'épave du Wakashio, ont été stoppés pour des raisons de sécurité liées aux conditions météorologiques.

Hier, Georges Ah Yan et Laurent Brummel, du Forum des citoyens libres, tous deux habitant Mahébourg, se sont rendus sur les lieux l'épave du Wakashio (en respectant le paramètre de sécurité autour) : «Nous recevons beaucoup de doléances de la part des pêcheurs car la situation n'est pas encore retournée à la normale. Nous avons voulu voir de nos yeux ce qui se passe avec l'épave et pourquoi les travaux ont été stoppés», explique le travailleur social Georges Ah Yan à l'express, qui l'accompagnait pour ce constat de visu.

Dans la capitale, le National Crisis Committee est tenu au courant de la non-avancée des travaux du démantèlement du Wakashio.

Laurent Brummel, qui gère un centre de plongée à Mahébourg, et qui s'y connaît en environnement marin, ex- plique que c'est maintenant que l'on voit les chamboulements liés au Wakashio au niveau des récifs et de la topographie du lagon.

«L'impact est conséquent. On n'a pas fini de découvrir l'impact du Wakashio sur ce magnifique lagon qui était jusqu'ici vierge. Dans certains endroits le sable a envahi les passages pour bateaux, ce qui complique la navigation en temps de marée basse... »

Si les pêcheurs confient que le poisson a presque disparu, l'épave du Wakashio reste bel et bien présente comme un douloureux souvenir de ce 25 juillet 2020 quand le monstre en acier est venu s'incruster dans les récifs de Pointe-d'Esny, dans la baie de Mahébourg...

«Je pense que l'épave va rester pour toujours. C'est bien trop délicat de tout démanteler. Après ce que nous avons vu aujourd'hui (NdlR, hier), nous sommes plus sceptiques que jamais... »

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X