Algérie: Festival du Diwan à Aïn Sefra (Nâama) - Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents

Naama — Le 13ème festival de la musique et de la danse Diwan, qui se poursuit mardi à Aïn Sefra (wilaya de Nâama), est une opportunité de voir émerger de jeunes talents qui font preuve d'une maîtrise de cette expression artistique populaire répandue dans le sud du pays.

Plusieurs groupes participant à cette manifestation ambitionnent de décrocher les premières places à l'issue de cette édition et prendre ainsi part au prochain festival international du Diwan, prévu à Bechar.

De jeunes artistes se sont appropriés des rythmes, des danses et d'anciens chants puisés du patrimoine ancestral pour proposer au public de véritables œuvres reconnues comme "Salamou" qui prône la paix dans le monde, "Sidna Blal", "Bouderbala", "Moulay Brahim", "Meghzaoua", "Daoui", et "Rassoul Allah". Ces œuvres sauvées de l'oubli sont un mélange des cultures africaine, arabo-musulmane et amazighe.

La troupe folklorique "Sidi Blal" de Mascara œuvre à préserver la tradition de la musique Diwan, sa pérennité comme élément important de la culture nationale, a souligné son président Belarbi Benamar, poue qui la musique Diwan est d'un intérêt primordial et a connu une large audience et développement dans le milieu des jeunes.

Pour sa part, le Mâalem Kahouadji Mohamed et chef de la troupe "Ahbab Kahouadji Amar" de Tlemcen a souligné "la nécessité de préserver cette musique en hommage aux anciens. Il s'agit également de la transmettre aux générations montantes car elle constitue un patrimoine immatériel bien ancré dans la culture nationale".

L'artiste a mis en exergue l'importance de mener des recherches autour des textes et d'encourager la création artistique dans ce domaine.

Benouis Abdou, membre d'une autre troupe participante au festival, a estimé, quant à lui, que les troupes formations créées ces dernières années ont impulsé une véritable dynamique à cet art, préservé des chants légués de génération en génération et utilisé des instruments de musique à l'instar du tambour, du karkabou et du goumbri.

Il a insisté également sur la préservation des traditions liées à ce genre musical comme la fabrication d'instruments, de costumes et l'usage dans les chants de parlers africains comme le Bambara et le Haoussa répandus dans les pays du Sahel.

Le festival, prévu jusqu'à jeudi prochain au stade "Arfaoui Mohamed" de Aïn Sefra, vise à mettre en lumière la diversité et la richesse culturelles qui distinguent les régions du pays, la promotion de cette danse populaire traditionnelle et la détection de jeunes talents.

La manifestation culturelle a été marquée par des conférences traitant de sujets liés à cet art authentique ainsi que des expositions d'instruments utilisés dans les différents genres musicaux du pays.

Des sources historiques indiquent que le Diwan a fait son apparition au 17ème siècle au sein de confréries religieuses sous l'impulsion de joueurs de Goumbri, un instrument de musique à cordes unique en son genre, rappelle-t-on.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X