Mali: Sikasso - Journée porte ouverte autour des technologies agricoles intelligentes

Une journée porte ouverte autour des technologies agricoles intelligentes face au climat (CSAT) a regroupé, vendredi dernier, les responsables des services régionaux de l'agriculture, les représentants de l'Association malienne d'éveil au développement durable (AMEDD) et ses partenaires ainsi que plusieurs producteurs agricoles des Communes de Kadiolo, Zégoua et Loulouni.

La visite dans un champ lors de la Journée de la femme rurale

Cette journée s'est tenue en présence du coordinateur CSAT Mali/Niger, Tahirou Abdoulaye et du directeur régional de l'agriculture de Sikasso, Mory Sylla.

Le CSAT est un projet de diffusion des technologies agricoles intelligentes face au climat pour améliorer les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire financé par l'ambassade de Norvège et mis en œuvre par IITA, un institut qui est partenaire àl'ONG AMEDD intervenant dans les régions de Sikasso et de Ségou. C'est dans le souci d'amener les producteurs et productrices des zones d'intervention du projet à échanger leurs connaissances et expériences autour des technologies promues par le projet CSAT que l'ONG AMEDD a initié ces visites inter paysannes dans la Région de Sikasso.

L'évènement visait notamment à mobiliser les acteurs autour des technologies promues par le projet, faciliter les échanges entre les producteurs d'une part et d'autre part entre les décideurs et producteurs pour partager les leçons apprises, les succès et les contraintes dans l'application desdites technologies de résilience. Il s'agissait également d'amener les producteurs et productrices à échanger sur leurs succès et contraintes liées à la mise en œuvre des technologies agricoles promues, de recueillir les réactions des producteurs et les traduire en recommandations afin d' orienter les activités futures du projet.

La visite a commencé dans un champ de soja du producteur Tahirou Diamoutené dans la Commune rurale de Kaboîla. Cette parcelle de multiplication de soja a retenu l'attention des visiteurs qui ont longuement échangé avec le producteur. Diamoutene a remercié les partenaires pour leur appui matériel et le renforcement de capacité suite aux nombreuses formations.

Dans le village de Banankoro toujours dans la Commune de Kaboïla, la délégation a visité plusieurs parcelles de rotation maïs-soja et des parcelles d'adoption. Le producteur de ces champs, Daouda Traoré, a soulevé quelques difficultés avant de souhaiter un accompagnement en équipements agricoles.

La délégation a également visité plusieurs parcelles de soja et de maïs dans le village de Nassoulou Commune de Zégoua à la frontière Mali/Côte d'Ivoire. Les producteurs de cette localité ont salué le partenariat avec l'ONG AMEDD qui leur a permis d'adopter le système de rotation soja-maïs. Car selon eux la culture du soja enrichit le sol et diminue l'utilisation de l'engrais chimique. Le maire de Zégoua et les producteurs ont souhaité la prolongation du projet et la diversification de ses interventions.

Le projet est à sa troisième année de diffusion des technologies et des bonnes pratiques agricoles pour lever les contraintes liées aux changements climatiques, au déficit de l'insécurité alimentaire auxquelles sont confrontées les masses rurales.

Dans les villages de Yiriwani, Sémina et Lanfiala dans la commune de Loulouni, en plus du Maïs- Soja, la culture fourragère de Brachiaria et Mucuna a été introduite dans certaines zones pour aider les éleveurs.

À l'issue des visites des différentes parcelles, le coordinateur CSAT Mali/Niger a déclaré être très satisfait des résultats constatés sur le terrain concernant la multiplication et l'adoption des différentes variétés de Soja. Nous remercions l'ONG AMEDD pour ses efforts et souhaitons la pérennisation de ces acquis après le projet, a conclu Tahirou Abdoulaye.

Pour le directeur régional de l'agriculture de Sikasso, «nous sommes dans la mouvance des changements climatiques donc des technologies sont développées pour prendre en compte tous les contours de cette situation ». Mory Sylla a vivement remercié tous les partenaires qui accompagnent le monde rural pour faire face aux conséquences des changements climatiques. Selon lui, la culture du Soja, du Bracharia et du Mucuna constitue également une alternative au déficit d'engrais minéraux auquel les agriculteurs sont confrontés tous les ans. Il a encouragé les producteurs à pérenniser ces acquis après la fin des projets.

Dans les deux régions d'intervention de l'ONG AMEDD, le projet CSAT offre aux producteurs des options pour augmenter leurs résiliences et leurs adaptations aux variabilités et au changement climatique.

Les bénéficiaires du projet regroupent les agriculteurs, les coopératives de productions de semences, les agro dealers, les commerçants de céréale, les transformateurs, les élus communaux. Les bénéficiaires du projet dans chaque commune d'intervention sont organisés en structure fonctionnelle que sont les plateformes d'innovations. De nos jours, celles-ci sont au nombre de 16 reparties dans les seize communes d'intervention de l'ONG AMEDD.

Fousseyni DIABATÉ

Amap-Sikasso

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X