Afrique Centrale: Enième incursion de l'armée rwandaise au Congo - Les Indignés condamnent le silence du gouvernement congolais

« Tant que les autorités congolaises continueront à caresser le bourreau du leur peuple, l'insécurité et les tueries ne cesseront pas dans l'est du pays », estime le mouvement congolais des Indignés.

Dans une réaction le 18 octobre suite à l'incursion, la semaine dernière, de l'armée rwandaise dans le territoire congolais, le Mouvement des indignés de la situation sécuritaire en République démocratique du Congo s'est dit révolté par cette énième provocation. Ce mouvement, par sa coordonnatrice Nicole Kavira, note que cette incursion met en cause l'état de siège en vigueur dans cette partie du pays. Les Indignés condamnent, par ailleurs, le silence du gouvernement congolais face à cette énième action hégémoniste des soldats rwandais, plus explicitement dans le territoire de Nyiragongo, dans le Nord-Kivu, qui consacre l'insécurité, les massacres et tueries.

Pour Nicole Kavira, en effet, cette action rwandaise dans le territoire congolais doit notamment conduire à l'annulation urgente de tous les accords signés entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda. « ... L'armée rwandaise, en occupant et pillant les villages congolais sous le silence et la distraction des autorités politiques et militaires de Kinshasa, vient de démontrer la fragilité et l'inefficacité même de l'état de siège », a souligné la coordonnatrice du Mouvement des indignés. Il devient évident de dire, a-t-elle poursuivi, que tous les accords signés avec le Rwanda pour l'exploitation des minerais sont une moquerie envers les Congolais et, les autorités ne maîtrisent rien par rapport aux enjeux sous-régionaux.

Rappelant que « tant que les autorités congolaises continueront à caresser le bourreau du leur peuple, l'insécurité et les tueries ne cesseront pas dans l'est du pays », les Indignés se demandent si l'état de siège en vigueur dans cette partie de la RDC n'avait-il pas pour objectif de traquer l'ennemi vivant en interne ou même à l'extérieur. « Comment expliquer qu'une armée extérieure entre sur le sol congolais en plein état de siège ? », se demandent les Indignés.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X