Cameroun: Primes des sélections nationales de volleyball - Les éclairages de la Fécavolley

Hier 19 octobre 2021, cela faisait un mois que le Cameroun a remporté sa troisième couronne continentale consécutive de volleyball féminin. Un anniversaire entaché lundi dernier par des revendications des primes.

Deux lettres, une sans signature, puis une autre avec signatures attribuées à sept joueuses de l'équipe nationale féminine, ont embrasé les réseaux sociaux. Une troisième lettre, plus ou moins dans le même style, cette fois attribuée à la sélection nationale masculine, a également fait son apparition. Toutes adressées au président de la Fédération camerounaise de volleyball, elles font état des montants dérisoires allouées pour récompenser les performances des Lions et des Lionnes à Kigali (Rwanda). Sur le fond de ces correspondances « suspectes », CT s'est rapproché de Julien Serge Abouem, le président de la Fédération camerounaise de volleyball. Il fait la lumière sur cette polémique.

Lundi dernier, trois lettres publiées dans les médias sociaux expriment les joueurs et des joueuses des sélections fanions féminines et masculines. De quoi s'agit-il exactement ?

Il s'agit en fait des conséquences d'une information erronée qui a fait croire aux joueurs et joueuses que la Fédération avait déjà perçu l'ensemble des primes et ne le leur aurait pas versé. Ce qui est manifestement faux.

Ces deux sélections ont-t-elles perçu leurs primes à l'issue des récents championnats d'Afrique respectifs ?

La Fecavolley a perçu le jeudi 14 octobre 2021, une avance de trésorerie de 300 millions de F du ministre des Finances sur les 783 millions en net à payer qui attendaient un engagement budgétaire. Sur cette somme qui appartient aux cinq équipes engagées aux différentes compétitions internationales (trois championnats du monde et deux championnats des nations), la Fédération a payé les billets d'avion pour environ 100 millions de F et a versé les primes olympiques et de participation de tous les joueuses et joueurs des cinq équipes, conformément au mémoire de dépenses produit par le ministère des Sports et de l'Education physique. Cela a été fait par banque. J'ai donné des instructions pour qu'aucun paiement ne se fasse en numéraires.

Quelles sont les primes encore dues à ces athlètes ?

Le titre de confirmation de créance encore appelé carton aux finances étant sorti, les démarches sont en cours pour solder les 483 millions de F restants. Aussitôt que le ministère des Finances procédera au virement, nous allons créditer les comptes des joueurs, joueuses et staffs concernés par les primes de performance. Le président de la République a aussi octroyé une prime spéciale de 204 millions qui sera payée par le Trésor car, l'engagement est déjà effectif. Nous la payerons aussitôt que le compte de la Fédération sera crédité. La Fédération a donné toutes ces informations aux joueuses, joueurs et staffs. Nous sommes surpris de l'escalade médiatique en cours.

A votre niveau, des dispositions ont-t-elles été prises en amont pour éviter ces situations embarrassantes ?

Je crois qu'il faut interroger toute la chaîne. Le président de la Fecavolley, en matière de dotation et de règlement des primes, n'est qu'un exécutant. Il exécute le mémoire de dépenses. Si le mémoire de dépenses et les fonds lui sont remis un mois après la compétition, il ne va pas rétroagir sur le temps. Pour toutes les cinq compétitions passées, c'est maintenant que sont engagées les dépenses de préparation. Il faut donc comprendre l'environnement dans lequel ces enfants ont préparé et ont participé à ces différentes compétitions. Je voudrais féliciter ces cinq équipes en les rassurant que chacun aura son argent et tout son argent.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X