Cameroun: Transports terrestres - Il n'y aura pas de grève

Un terrain d'entente a été trouvé lundi dernier entre le ministre du Travail et de la Sécurité sociale et les patrons des syndicats du secteur des transports.

Préavis de grève levé. Il aura fallu près de quatre heures d'échanges entre le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona, et les patrons du secteur des transports terrestres, pour trouver un terrain d'entente. Il n'y aura donc pas de grève. Telle est la décision prise au terme de la rencontre tripartite regroupant lundi, les organisations patronales et celles des travailleurs du secteur concerné.

Dans le cadre de la poursuite du dialogue social entamé à Douala le 13 octobre 2021, suite au préavis de grève émis par les organisations syndicales des travailleurs du secteur des transports routiers ( le Syndicat national des travailleurs professionnels des transports routiers du Cameroun ( Syntraptcam) ; le Syndicat national des chauffeurs professionnels des transports du Cameroun ( Syncprotcam) ; le Syndicat des chauffeurs du transport routier du Cameroun ( Sctrc) ; l'Union nationale des conducteurs professionnels du Cameroun (Uncpc) ; la Confédération générale des syndicats des transports du Cameroun ( Cgstc)), le ministre a tenu à apaiser le climat social qui règne depuis un moment. « Le département ministériel dont j'ai la charge vous a convié (le 13 octobre : Ndlr) à une rencontre en vue de mieux comprendre et d'adresser de manière idoine les préoccupations des travailleurs du secteur des transports terrestres. Cette assise nous a ainsi permis de parvenir à une importante recommandation invitant les organisations patronales à prendre ce jour et de manière solennelle, le ferme engagement d'appliquer effectivement la convention collective du secteur des transports en attendant son extension », a rappelé le ministre.

Chose réalisée lundi dernier, puisque, au terme de la concertation, les organisations se sont engagées à appliquer l'ensemble des dispositions de la Convention collective nationale des transports routiers, signée en 2006 ainsi que ses éventuelles modifications ultérieures, en attendant l'aboutissement de la procédure de son extension en cours. Le but de cet engagement étant d'améliorer les conditions de travail et de vie des salariés, gage de la paix sociale dans ce secteur d'activité. « Concernant ce point, je voudrais vous rassurer à la suite de votre demande, que les diligences ont été engagées à cet effet et que ce dossier sera soumis à la prochaine session de la Commission nationale du travail », a rassuré Grégoire Owona.

Les organisations patronales du secteur des transports routiers se sont également engagées à asseoir un mécanisme permettant de couvrir la prime de risque à réserver aux conducteurs desservant les pays voisins insécurisés, tout en poursuivant le dialogue sur les autres points. En particulier, celui lié aux contrôles routiers.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X