Togo: 30 millions F CFA pour une Togolaise victime de torture de la part de l'Etat Togolais

Une dame victime de violence lors d'une manifestation politique en 2017, doit être dédommagée avec une somme de 30 millions de FCFA par l'Etat Togolais, conformément à la sentence prononcée par la Cour de Justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO).

L'organisation de défense des droits de l'homme CACIT(Collectif des associations contre l'impunité au Togo) ayant relaté l'information, indique que la dame avait dans un premier temps déposé une plainte devant le tribunal de première instance de Lomé. Face à l'inaction de la justice togolaise, elle a décidé, en juillet 2018, de porter l'affaire devant la Cour de justice de la CEDEAO, afin que justice soit rendue.

Appuyée par le Groupe d'intervention judiciaire SOS-Torture, la dame a demandé réparation des actes de torture et des mauvais traitements que lui ont infligés les forces de police. À cela s'ajoute une obligation de mener l'enquête sur les circonstances de ces violences.

« Entre août 2017 et 2019, des organisations de défense des droits de l'homme documentent plusieurs allégations de torture et de mauvais traitements au Togo. A l'origine de ces violences : la répression de manifestations contre le pouvoir en place. C'est dans ce contexte que Madame S., une commerçante de 40 ans, est arrêtée par des agents des forces de l'ordre le 7 septembre 2017. La victime, mère de quatre enfants, est battue et traînée par terre par des policiers. S'ensuivent des séquelles physiques qui nécessitent une hospitalisation et un traumatisme psychologique », indique le CACIT sur son site.

Depuis 2011, c'est la 7ème fois que le gouvernement togolais est rappelé à l'ordre par les instances internationales pour des cas de torture et de mauvais traitements.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X