Madagascar: Les requins baleines de Nosy Be, cadeau de la nature et atout touristique

A quelques jours de la réouverture des frontières malgaches, cette étude scientifique a de quoi donner au secteur touristique de Nosy Be un peu de baume au cœur. Une équipe de biologistes marins vient de démontrer l'impact du requin baleine sur l'économie de cet archipel du nord de Madagascar. Menacé d'extinction, cet animal, totalement inoffensif, est le plus gros poisson - et donc requin - du monde. Il peut atteindre jusqu'à 20 mètres à maturité... et vivre 150 ans ! Un visiteur hors-normes qui fréquente chaque année la baie de Nosy Be entre septembre et décembre pour se nourrir, et qui attire des touristes prêts à parcourir des milliers de kilomètres pour vivre la folle expérience de nager à ses côtés. D'où l'importance d'essayer de le protéger.

Nageant dans les grands fonds, à plus de 2000 m de profondeur, le requin baleine n'a pas fini de dévoiler tous ses secrets. Toutefois, la publication scientifique à laquelle la biologiste de la conservation Stella Diamant a participé vient de lever le voile sur la valeur économique générée par le tourisme autour de la bête.

« Le but de cette étude, était de savoir combien d'argent ce tourisme-là représentait et si on pouvait utiliser cet argument - qu'on utilise maintenant un peu partout dans les projets de conservation des espèces - : "si on protège les requins-baleines vivants, est-ce que ça ramène plus d'argent que si on les tue ?" »

Entre 2018 et 2019, plus de 500 entretiens sont réalisés avec des touristes revenant de sortie en mer. Après analyses et modélisations, le résultat est sans appel : « Par saison de trois mois, le tourisme des requins-baleines rapporte à Madagascar un revenu d'environ 1.3 millions d'euros. C'est non négligeable », poursuit Stella Diamant.

Le but de cette étude n'est évidemment pas de déclencher une ruée vers l'or prévient la chercheuse. Mais plutôt d'encourager les activités d'observation de l'animal, de manière durable et respectueuse de l'animal.

Entre 2015 et 2019, le nombre de visiteurs internationaux a doublé dans l'archipel. L'équipe de chercheurs, par le biais du projet collaboratif « Madagascar Whale shark Project» a convaincu la plupart des opérateurs touristiques d'adhérer à une charte d'approche pour respecter le comportement de l'animal en liberté. Des engagements qui relèvent du bon sens mais cruciaux pour permettre au plus gros poisson du monde de rester serein.

« Il ne faut absolument pas toucher ces animaux, respecter la règle d'un bateau par requin, arrêter le moteur quand les requins-baleines sont en train de s'alimenter près du bateau. Ça leur permettra de continuer de s'alimenter, de continuer à venir à Nosy Be, sinon à force d'être constamment dérangés, ils risqueront d'adopter des comportements d'évitement et ils pourraient finir par ne plus jamais revenir. »

Ailleurs dans le monde, le lien entre le nombre de bateaux de touristes gravitant autour de ces requins et leur comportement a été prouvé par des études scientifiques : « Plus il y avait de bateaux autour d'un même animal, plus il était dérangé et replongeait au fond de l'eau », précise Stella Diamant.

Les chercheurs soulignent aussi la responsabilité du client dans cette préservation de l'animal. Plus le touriste choisira une compagnie qui suit la charte et écoutera les consignes des guides, plus les opérateurs continueront d'adopter cette démarche durable.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X