Nigeria: Ouverture du procès de Nnamdi Kanu, leader pro-Biafra

Nnamdi Kanu addressing a rally after the invasion

Le procès du leader indépendantiste Nnamdi Kanu s'ouvre jeudi 21 octobre à Abuja. Celui-ci a été arrêté fin juin au Kenya et a été ramené au Nigeria où il a été incarcéré. Nnamdi Kanu avait fuit le pays en 2017 après une attaque des forces de sécurité contre sa maison. Son procès, initialement prévu pour le 26 juillet, avait été ajourné, en l'absence de l'accusé. Les services de sécurité nigérians avaient évoqués « des difficultés logistiques ».

Les avocats de la défense ont mis en garde les services de sécurité nigérians mercredi 20 octobre, à la veille de l'ouverture du procès : cette fois, ceux-ci sont sommés de présenter Nnamdi Kanu devant la Haute cour fédérale d'Abuja.

Le procès pour « terrorisme » et « trahison » du chef du mouvement des Peuples indigènes du Biafra (Ipob), du nom de l'ancien État sécessionniste à la fin des années 1960, s'annonce périlleux, dans un contexte toujours très tendu dans le sud-est du Nigeria. Le gouvernement fédéral a annoncé récemment le déploiement de plus de 30 000 policiers et de huit hélicoptères dans l'état d'Anambra, où des élections partielles doivent se tenir le 6 Novembre.

Officiellement, il s'agit de sécuriser les bureaux de vote, alors que les locaux de la commission électorale nigériane ont été systématiquement visés par des attaques de l'Ipob ces derniers mois. Mais le mouvement indépendantiste biafrais dénonce une stratégie du pouvoir central pour militariser la région et poursuivre ses membres.

Il y a deux semaines, un acteur de Nollywood a été arrêté dans les rues de la capitale de l'État d'Anambra et interrogé longuement par les services de sécurité car il portait un habit aux couleurs du drapeau biafrais.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X