Angola: L'OIM plaide pour l'élaboration de politiques pour les migrants

Luanda — L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a défendu mercredi, à Luanda, l'élaboration de politiques du travail pour faciliter le Gouvernement angolais dans l'accès au nombre exact de migrants en situation de travail.

Un migrant est une personne qui se déplace indéfiniment d'un pays ou d'une région de résidence vers un autre endroit.

Selon le représentant de l'OIM, Alberto Muxa, qui s'adressait à la presse en marge de l'« Atelier sur la politique du travail pour les migrants en Angola », il est essentiel de créer de nouvelles politiques qui facilitent une protection adéquate en termes de fonctions professionnelles.

Il a déclaré que l'Angola n'a pas de politique du travail pour les migrants, un outil supplémentaire aux instruments juridiques, et considère donc qu'il est essentiel de créer des politiques du travail qui garantissent l'entrée des migrants réguliers sur le marché du travail, ainsi que leur recrutement.

À son tour, la ministre de l'Administration publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Teresa Dias, a défendu que l'élaboration de la politique du travail pour les migrants doit impliquer l'Exécutif, les partenaires sociaux, les associations patronales et les organisations syndicales, afin d'écouter toutes les parties intéressées, garantissant ainsi la qualité dans la conception des instruments de gestion.

Il a préconisé que les employeurs, dans le recrutement de migrants, doivent se conformer aux préceptes de la Constitution de la République d'Angola, de la loi générale du travail et du régime juridique des travailleurs étrangers, car ce sont des instruments fondamentaux pour la bonne gestion des processus de recrutement de migrants dans le pays.

La gouvernante a reconnu l'importance des migrants dans l'économie nationale, mais a expliqué qu'ils constituent une main-d'œuvre complémentaire par rapport à la main-d'œuvre nationale, de sorte que 70% de la main-d'œuvre des entreprises doit être nationale et 30% étrangère, ne s'agissant pas d'une discrimination.

Le processus de migration bénéficie d'un soutien juridique en Angola aux termes de l'article 25 de la Constitution de la République, qui garantit que « les étrangers ou les apatrides jouissent des droits, libertés et garanties fondamentaux, ainsi que de la protection de l'État ».

L'OIM, créée en 1951, est un groupe intergouvernemental de premier plan dans le domaine des migrations et travaille en étroite collaboration avec des partenaires gouvernementaux, intergouvernementaux et non gouvernementaux.

Elle compte 174 États membres et huit États observateurs et des bureaux dans plus de 100 pays dédiés à la promotion d'une migration humaine et ordonnée au profit de tous.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X