Cameroun: Covid-19 - L'ordre des avocats inquiet d'une obligation vaccinale sans encadrement législatif

Le barreau du Cameroun constate une généralisation dans les administrations d'une exigence de vaccination contre le Covid-19 pour entrer dans les locaux. Une obligation imposée par notes de service, lettres ou injonctions verbales selon Maître Christian Daniel Bissou, président de la Commission des droits humains et des libertés du Barreau du Cameroun qui rappelle que toute obligation vaccinale n'est possible que dans le cadre d'une loi ou d'un texte réglementaire national. À ce jour, moins de 2% de la population camerounaise est vaccinée contre le Covid-19.

Un certain nombre d'administrations publiques ont imposé l'obligation vaccinale -soit le gouverneur, soit le directeur de tel hôpital, soit le directeur de telle entreprise publique- en les accompagnant, la plupart du temps, par des discriminations des personnes non vaccinées et même par l'expulsion de ces personnes de certains services publics. Il faut que cette obligation s'accompagne d'un texte législatif et réglementaire, d'une loi, donc, prise par l'Assemblée nationale et discutée au Sénat.

Maître Christian Daniel Bissou, président de la Commission des droits humains et des libertés du barreau du Cameroun

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X